Management

RSE : les efforts des entreprises plombés par la donnée

RSE : les efforts des entreprises plombés par la donnée
Selon IBM, 95 % des organisations ont élaboré une stratégie RSE, mais seuls 10 % d'entre elles ont réellement réalisé des progrès significatifs en la matière. (Photo : Alexander Abero / Unsplash)

Les politiques RSE restent au coeur des stratégies des entreprises. Mais leur déploiement est plombé par la difficulté à collecter et gérer les données nécessaires.

Publicité'Garbage in, garbage out'. Ce vieux principe en matière de gestion de données est recyclé par les politiques RSE des entreprises. Dans une étude publiée par IBM, les dirigeants interrogés pointent l'inadéquation des données à leur disposition comme le principal obstacle aux progrès de leurs politiques environnementales et sociales. A 41%, ce facteur de blocage devance les obstacles réglementaires (39%), les normes incohérentes (37%) et l'absence de compétences adaptées (36%). Près de 3 décideurs interrogés sur 4 (73 %) déclarent que leur organisation croule sous les données gérées manuellement, tandis que 7 sur 10 pointent leurs difficultés à consolider ou à manipuler ces mêmes données.

Comme le note IBM, cette difficulté à accéder aux bonnes données et à les interpréter empêche les entreprises d'offrir « une plus grande transparence au consommateur - un acteur essentiel - et à répondre à ses attentes ». Un décalage que fait d'ailleurs ressortir l'étude, qui se base sur les réponses tant de dirigeants que de consommateurs. 74% des cadres pensent que les différentes parties prenantes de leur organisation - clients y compris - comprennent les objectifs et les performances de leur entreprise en matière de RSE. Mais seuls quatre consommateurs interrogés sur dix estiment disposer de suffisamment d'informations pour prendre des décisions respectueuses de l'environnement, tant en matière d'achat de produit ou de services (41 %) que de positionnement sur le marché de l'emploi (37 %).

« Donner la priorité à la transparence »

« L'engagement des consommateurs en faveur de l'environnement et de la responsabilité sociale s'est intensifié, les consommateurs votant avec leur portefeuille », explique Jonathan Wright, Global Managing Partner Sustainability Services and Global Business Transformation, IBM Consulting. Si plus de la moitié (51 %) des consommateurs déclarent que l'augmentation du coût de la vie a rendu plus difficiles les décisions en matière de consommation responsable au cours des 12 derniers mois, environ 6 personnes sur 10 affirment qu'au moins la moitié de leurs achats restent influencés par des critères de développement durable ou de responsabilité sociale. « Alors qu'une majorité de consommateurs choisissent d'acheter auprès des leaders en matière de RSE et de travailler pour eux, les entreprises doivent donner la priorité à la transparence et éliminer les obstacles liés aux données environnementales et sociales », reprend Jonathan Wright.

Notons que la politique RSE reste inscrite parmi les priorités de la plupart des organisations, 76% des décideurs lui accordant une place centrale dans la stratégie de leur entreprise. Et, dans une même proportion d'organisations, les politiques RSE visent bien des objectifs concrets et non un simple reporting visant à assurer la conformité de l'entreprise aux législations en la matière. 95 % des cadres interrogés expliquent que leur organisation a élaboré une stratégie RSE, mais seuls 10 % d'entre eux affirment que leur organisation a réalisé des progrès significatifs dans ce domaine.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Disposez-vous d’un cadre de sécurité unifié pour tous vos environnements IT, qu’ils soient dans le cloud ou sur site ?