Management

Swift au coeur d'un scandale en espionnage industriel

La CNIL vient de relancer une affaire datant de juin 2006 sur des transmissions illicites par le réseau interbancaire.

PublicitéLe secteur bancaire reste un des secteurs-clés consommateurs d'informatique, comme cela a été souligné lors de la conférence organisée par Le Monde Informatique et CIO ce matin. Pour le meilleur comme pour le pire... La CNIL vient ainsi de relancer un scandale impliquant des transferts illicites de données bancaires par Swift (Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunications). En effet, les flux financiers au sein des banques ou entre les banques se résument souvent à de simples flux de données informatiques, aisés à traquer. Or, au nom de la guerre contre le terrorisme, les Etats-Unis ont exigé de Swift, qui assure une grande part des transactions interbancaires internationales y compris au sein de l'Union Européenne (en attendant le Sepa), de pouvoir suivre les échanges d'informations bancaires. Le fait a été révélé dans la presse américaine en juin 2006 et, depuis, les autorités de contrôle dites du G29, c'est à dire la CNIL et ses homologues européens, n'ont cessé de dénoncer ces agissements qui permettraient l'espionnage des entreprises européennes au profit de leurs concurrentes d'outre-atlantique. Après un avis en novembre 2006, la CNIL veut relancer l'affaire et a publié aujourd'hui un communiqué de point. Or la situation n'est pas brillante. Même si Swift envisagerait de séparer les données concernant les Etats-Unis et celles qui sont strictement européennes (une décision technique serait attendue pour septembre 2007, la séparation effective étant ultérieure et non-précisée), les autorités européennes en sont réduits à tenter de négocier après coup des limites à l'ingérence américaine. Ce coup de gueule brutal de la CNIL est sans doute à lier avec cette inertie sur le dossier depuis un an. La CNIL a relancé les autorités françaises (Banque de France, Ministère de l'Economie...) et les organisations professionnelles bancaires pour que le sujet soit effectivement traité.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Avez-vous renforcé le recours aux solutions en mode SaaS ?