Stratégie

La santé en danger face aux cybermenaces visant l'IoT

La santé en danger face aux cybermenaces visant l'IoT
La quasi-totalité des établissements de soins recourent aujourd’hui à l’IoT pour les appareils médicaux.

Les appareils médicaux dont dépendent les soins dans la quasi-totalité des établissements sont menacés par des cyber-attaques visant l'IoT.

PublicitéLa quasi-totalité des établissements de santé français (97.3 %) ont mis en oeuvre des dispositifs médicaux connectés qui doivent donc être considérés comme relevant de l'IoT selon une étude réalisée par Soti. Depuis la crise sanitaire Covid-19, 57 % ont mis en place des dispositifs de télésanté et 51 % des dispositifs portables (wearable) de suivi des patients. Logiquement, 73 % des établissements ont augmenté leurs investissements dans les nouvelles technologies depuis 2020. Si ces outils ont une utilité certaine, leur déploiement ne se fait pas toujours dans le respect des meilleures pratiques et il en résulte bien des risques, notamment sur les données sensibles.

Or, aujourd'hui, les cyber-risques sont surtout identifiés concernant la confidentialité des données : vol des dossiers des patients lors d'une cyberattaque (35% des répondants le craignent), coût pour l'organisation en cas de vol de données (35%) et impact sur la réputation de l'organisation en cas de fuite de données (33%). Pourtant, les temps d'arrêt et d'indisponibilité du matériel ne doivent pas être négligés. Les principaux problèmes sont l'inaccessibilité des données des patients depuis une plateforme unique (37 %), les temps d'arrêt récurrents des appareils (37 %) et l'absence de mise à jour des informations (36 %).

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Avez-vous déployé un modèle de type Zero Trust (où aucune activité numérique n’est considérée comme sûre par défaut) dans votre organisation ?