Business

OpenXML : Microsoft aux Dardanelles

Après le Brésil et l'Inde, la France devrait s'opposer à la normalisation d'OpenXML, le nouveau format de fichiers bureautiques de Microsoft.

PublicitéMicrosoft a parfois l'occasion de sourire dans son combat pour faire reconnaître par l'ISO son format OpenXML, par exemple lorsque les Etats-Unis apportent un soutien surprenant. Mais les dernières nouvelles sont mauvaises : l'Inde et le Brésil se sont ainsi opposés à la normalisation d'OpenXML et la France devrait suivre leur exemple. Cependant, la situation reste très confuse en ce moment à Paris. En France, c'est l'Afnor (Agence française de normalisation, responsable notamment des normes NF) qui représente le pays auprès de l'ISO. Après deux réunions houleuses les 28 et 29 août, l'Afnor refuse pour l'instant de donner sa position. Or il semblerait que le consensus ait été général les 28 et 29 août pour adopter la position « non avec commentaires », autrement dit pour refuser la normalisation OpenXML par l'ISO. Général, il est vrai, à une exception près : Microsoft... Du coup, l'éditeur prétend qu'il n'y a pas de consensus et tenterait d'obtenir une position d'abstention de la France. Marc Mossé, directeur des affaires juridiques et publiques de Micrsoft France, a insisté sur le fait que l'Afnor n'avait pris aucune décision pour l'instant. Des enjeux très concrets pour les entreprises En appui aux positions de Microsoft, l'Afnor aurait reçu, hors procédure normale de consultation, 93 courriers. Parmi les noms ayant circulé comme ayant émis ces courriers : les Caisses d'Epargne, Essilor, le Cigref (Club informatique des grandes entreprises françaises)... Interrogé par notre rédaction, le service des relations presse des Caisses d'Epargne n'a pas été en mesure de commenter, confirmer ou démentir l'information. Par contre, Didier Lambert, président du Cigref et DSI d'Essilor, a fermement démenti qu'Essilor ait écrit à l'Afnor sur ce sujet mais a confirmé l'envoi d'un courrier de la part du Cigref. « Essilor a participé aux travaux de l'ECMA sur la normalisation d'OpenXML auprès de cet organisme car nous voulions encourager la démarche inhabituelle de Microsoft en faveur de la normalisation » a rappelé Didier Lambert. Le président du Cigref a rappelé que ce club « ne se préoccupe que du point de vue des utilisateurs des systèmes d'information à partir de situations concrètes vécues quotidiennement sur le terrain », terrain largement dominé aujourd'hui, en matière de bureautique, par Microsoft. Pour Didier Lambert, « la normalisation va dans le bon sens, celui de l'interopérabilité, mais il ne faut pas oublier l'existant, l'immense base installée. Les normes doivent être de vraies normes ouvertes en évitant les querelles de chapelles. Que chaque fournisseur, qu'il s'agisse des tenants de l'open-source comme de Microsoft, ne pense qu'à défendre son pré carré sans se soucier de l'intérêt du client est réellement navrant. » Officiellement, le Cigref ne soutient aucune norme en particulier mais insiste pour que les éventuelles différentes normes soient interopérables afin que le marché puisse choisir librement sans qu'aucun fournisseur ne puisse établir ou préserver une domination. Les SI hétérogènes étant une réalité du terrain, le principal souci du club semble de ménager la chèvre, le chou et le fermier... sans oublier la crémière, tout en gardant l'argent et en obtenant malgré tout le beurre (utile pour cuisiner le chou). Il va peut-être falloir un jour faire des choix et accepter de se fâcher avec certains... Une bataille de tranchées côté fournisseurs La bataille pour la normalisation d'OpenXML est un épisode de la lutte entre deux formats bureautiques concurrents construits sur une caractéristique technique commune, un ensemble de fichiers XML dans un conteneur Zip. D'un côté, OpenDocument, format déjà normalisé par l'ISO, est utilisé par un grand nombre de logiciels open-source, à commencer par OpenOffice. Il est soutenu par des acteurs comme Google, Sun et IBM mais aussi par toute la communauté open-source, dont les nombreuses SSLL françaises. OpenDocument est un format purement XML construit comme un idéal à partir de zéro. De l'autre, OpenXML est défendu par Microsoft et comporte la possibilité d'intégrer des fichiers binaires (notamment dans les anciens formats de la suite Office de l'éditeur). OpenXML n'est à ce jour utilisé que par Microsoft Office 2007. Mais il prévoit également la possibilité d'intégrer des « schémas métier » afin de faire de la suite bureautique l'interface unique de tout le système d'information (officiellement : n'importe quelle suite utilisant OpenXML, donc, à ce jour, uniquement Microsoft Office 2007). Outre la domination du poste de travail, l'enjeu est donc bien de savoir quelle architecture d'accès au système d'information sera choisie par les entreprises : une suite bureautique lourde unique ou bien une série de logiciels interopérant les uns avec les autres, de la suite bureautique au simple navigateur en passant par l'interface dédiée. Mais le pari d'imposer OpenXML semble bien sur le point d'échouer. A force de s'entêter, Microsoft risque peut-être de perdre bien plus qu'en transigeant et en acceptant de contribuer à améliorer OpenDocument, norme loin d'être parfaite comme toute norme récente. Aux Dardanelles, s'entêter n'avait permis aux Anglo-Français que de perdre inutilement des milliers d'hommes...

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Votre organisation a-t-elle entrepris de faire converger ses différentes solutions réseau et sécurité vers un service unifié et cloud, sur le modèle SASE (Secure Access Service Edge) ?