Projets

Les Maîtres Laitiers du Cotentin blinde ses sauvegardes

Les Maîtres Laitiers du Cotentin blinde ses sauvegardes
Emmanuel Moncuit, administrateur réseau et système chez MLC, a ajouté la déduplication de Quantum à la sauvegarde de Veeam

Disposant d'un environnement Veeam pour la sauvegarde des données, les Maîtres Laitiers du Cotentin souhaitait renforcer et sécuriser sa politique de backup. L'entreprise s'est orientée vers la solution de déduplication de Quantum.

PublicitéLe monde du lait est aussi touché par l'infobésité et s'interroge sur la meilleure réponse à apporter en matière de sauvegarde. Les Maîtres Laitiers du Cotentin (MLC) est une coopérative laitière réunissant 820 exploitations locales. Chaque année, elle collecte et transforme plus de 400 millions de litres de lait. Pour gérer sa production, ses stocks et ses opérations métiers (paie, RH,...), MLC s'appuie sur des services informatiques très virtualisés. Depuis 2010, l'entreprise a virtualisé près de 98% de son parc de serveurs comptant plus de 120 machines. Côté sauvegarde, la coopérative s'appuyait sur Veeam, mais le volume de données augmentait à un rythme annuel d'environ 25%. La société était par ailleurs victime d'attaques par des ransomwares et souhaitait donc améliorer son système.

Parmi les critères de choix, MLC ne voulait pas se séparer de la solution Veeam qui avait fait ses preuves lors des attaques par ransomwares. L'équipe IT a donc décidé de s'orienter vers des appliances de déduplication. « Nous avons estimé que la déduplication nous permettait de stocker davantage de données sur un plus petit nombre de disques et donc d'étendre la durée de rétention. Nous souhaitions par ailleurs que le système nous donne la possibilité de répliquer des jeux de sauvegarde entre nos différents datacenters », explique Emmanuel Moncuit, administrateur réseau et système chez MLC. Après un tour du marché, la DSI a identifié deux appliances de déduplication certifiées par Veeam : Exagrid et Quantum DXi. Pour les départager, « un test matériel en conditions réelles avec nos données et nos réseaux » a été réalisé poursuit Emmanuel Moncuit.

Des tests en conditions opérationnelles concluants

Ces tests ont validé le choix de Quantum DXi. La solution affichait des performances tout aussi élevées que son concurrent, mais dans un format beaucoup plus compact. Autre avantage, « pour notre site distant, le système DXi n'a nécessité l'installation d'aucune appliance physique. Nous avons simplement utilisé l'environnement VMware local et ajouté l'appliance virtuelle », souligne l'administrateur. Sur le plan comparatif, le test a concerné la réplication de nouvelles données d'une sauvegarde de 224 Go entre deux appliances situées sur des sites distincts. Exagrid a transmis 21,7 Go de données avec un ratio de réduction de 10 :1, le système DXi a envoyé 1,4 Go de données seulement, soit un taux de déduplication de 159 :1. « La réplication du DXi a débuté dés que le premier fichier a été sauvegardé, n'attendant pas la fin du job Veeam, à la différence du concurrent qui commençait la réplication après la fin du job Veeam », se souvient Emmanuel Moncuit.

Après les tests, l'équipe a installé des unités DXi au sein de son environnement de production et a constaté que les résultats en conditions opérationnelles étaient encore meilleurs qu'attendus. L'administrateur résume les bénéfices de la solution, « nous sauvegardons aujourd'hui plus de données en moins de temps, nous répliquons nos sauvegardes via notre WAN et nous restaurons rapidement les fichiers ». Il conclut en soulignant « disposer maintenant d'une stratégie de reprise après incident qui protège nos données des attaques par ransomware ».

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Le rapport coût/risque est-il calculé avant de conclure ou de reconduire un contrat de maintenance d’un éditeur de logiciel ?