Business

Les clubs d'utilisateurs d'ERP s'associent autour de la facturation électronique

Les clubs d'utilisateurs d'ERP s'associent autour de la facturation électronique
De gauche à droite : Gianmaria Perancin, président de l’USF, et Jean-Jacques Camps, président honoraire et pilote de la commission e-invoicing AUFO / Club JD Edwards.

L'USF (Utilisateurs SAP Francophones) et l'AUFO / Club JD Edwards (Association des Utilisateurs Francophones d'Oracle) ont créé un groupe de travail commun autour de la généralisation de la facturation électronique inter-entreprises.

PublicitéDepuis quelques années, les clubs d'utilisateurs de logiciels ont pris l'habitude, parfois avec le renfort du Cigref ou même de Numeum (ex-Syntec Numérique), de créer des groupes de travail sur des sujets communs. L'AUFO (Association des Utilisateurs Francophones d'Oracle), qui a absorbé le Club PeopleSoft l'an dernier et est associé au Club JD Edwards, a ainsi déjà travaillé avec l'USF (Utilisateurs SAP Francophones) sur plusieurs sujets tels que le RGPD. Les deux clubs, couvrant l'ensemble des solutions d'Oracle et de SAP, ont annoncé le lancement d'un nouveau groupe de travail commun sur la généralisation de la facturation électronique interentreprises. La concurrence entre les éditeurs SAP et Oracle n'empêche pas le partage de bonnes pratiques et la recherche de solutions communes par leurs clients. Le Dynsclub (club des utilisateurs de solutions Microsoft Dynamics) ne fait pas, pour l'heure, partie de l'initiative.

Depuis 2020, la dématérialisation de la facturation est une obligation pour toute facture adressée au secteur public. A partir de 2024, il en sera de même pour la facturation inter-entreprises. Les objectifs sont très nombreux. Côté Etat, on vise bien entendu une facilitation du recueil en temps réel des données économiques et des contrôles anti-fraudes. Côté entreprises, la dématérialisation systématique allégera considérablement les procédures de facturation et, une fois la généralisation effective en 2026, aboutira ensuite au pré-remplissage des déclarations d'impôts (notamment la TVA), comme pour les particuliers. On peut aussi espérer un meilleur suivi des délais de règlements excessifs, une plaie ancienne en France.

Des réunions exceptionnellement ouvertes aux intégrateurs et éditeurs

Le 27 janvier 2022, une première réunion commune des clubs sur ce sujet a été très suivie avec plus de 180 participants. Les clubs ont donc décidé de lancer ce groupe de travail dans la foulée. Si ces clubs sont strictement réservés aux entreprises utilisatrices, ce groupe de travail est, de manière exceptionnelle et en raison du besoin d'expertise technique, ouvert aux partenaires éditeurs et intégrateurs. La première réunion formelle est programmée pour Avril 2022, les suivantes se réalisant en fonction des besoins et des annonces de la DGFiP (Direction Générale des Finances Publiques) sur le sujet. Si l'État a annoncé la création d'un portail gratuit présentant les fonctions basiques strictement obligatoires, ce portail ne pourra pleinement satisfaire que les TPE/PME aux procédures très manuelles. L'intégration aux systèmes d'information et donc aux processus internes des grandes entreprises nécessitera de toute évidence un peu de travail. Côté Etat, le portail Chorus-Pro connaît en ce moment des évolutions importantes pour se préparer à passer d'un portail de facturation au secteur public à un portail de facturation généraliste, vers le public comme le privé. Cette évolution n'est d'ailleurs pas sans générer quelques bugs et un peu d'agacement de la part des utilisateurs.

PublicitéMême si les process de facturation sont probablement plus rigoureux que ceux de gestion des payes, les entreprises se souviennent des difficultés lors de la création de la DSN (Déclaration Sociale Nominative) : une déclaration unique, une grande simplification administrative, la capacité de faire de la donnée de paie une donnée de référence... mais la nécessité d'avoir des données de qualité et des processus rigoureux. Certaines entreprises ont eu des grosses surprises, découvrant un peu tard leur manque de rigueur depuis des années. Espérons qu'il n'en sera pas de même avec la facturation électronique.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Avez-vous déjà eu recours à un tiers-mainteneur pour prolonger la durée de vie de certaines applications ?