Projets

Le BIM au secours de Notre-Dame de Paris

Le BIM au secours de Notre-Dame de Paris
Le 16 avril 2019, lendemain de l’incendie, Notre-Dame de Paris était désormais privée de son toit. La restauration prendra des années.

Pour accompagner la restauration de Notre-Dame de Paris, le GMH va s'appuyer sur les solutions d'Autodesk pour piloter le chantier avec le BIM.

PublicitéLe BIM (Building Information Modeling) s'appuie bien sûr sur des outils numériques mais reste avant tout une nouvelle méthode de pilotage de chantiers de bâtiments. Initialement, il s'agissait surtout de partir de plans nativement numériques de conception, donc sur des bâtiments neufs. Désormais, le BIM s'applique aussi aux bâtiments anciens. Le Groupement des Entreprises de Restauration de Monuments Historiques (GMH), qui rassemble des entreprises spécialisées dans les travaux sur les monuments historiques (ce qui implique des certifications et méthodes particulières), a annoncé avoir signé une convention avec l'éditeur Autodesk pour piloter le chantier de restauration de Notre-Dame de Paris en s'appuyant sur le BIM. La numérisation initiale du bâtiment va être opérée par Art Graphique & Patrimoine (AGP), entreprise spécialisée depuis 25 ans sur le sujet.

Dans la nuit du 15 au 16 avril 2019, la cathédrale de Paris a en effet été victime d'un incendie ayant totalement détruit sa toiture et ayant failli entraîner l'effondrement complet du bâtiment. Le chantier de restauration s'annonce particulièrement difficile et long. Il va nécessiter l'intervention de professionnels aguerris dans de nombreux métiers du bâtiment. En ayant recours au BIM, le modèle numérique de la cathédrale constituera un document unique de travail collaboratif entre tous les corps de métier.

Un chantier pour l'exemple

Le BIM permettra ainsi de faciliter les échanges et de gagner beaucoup de temps dans la coordination et le pilotage du chantier. Maîtrise d'ouvrage, maîtrises d'oeuvre et entreprises opérant sur le chantier vont ainsi collaborer plus facilement et rapidement sur les opérations d'études, de projets, de travaux et de maintenance du monument.

La première étape va consister à numériser le bâtiment grâce à des scanners 3D. Ce scanning va aboutir à la création d'un modèle numérique 3D. Art Graphique & Patrimoine (AGP), membre du GMH et de sa commission BIM, va piloter cette étape et coordonnera la création du modèle 3D en lien avec les corps de métier intervenant sur le chantier.

Au delà du cas particulier de Notre-Dame de Paris, le GMH souhaite développer les compétences BIM pour la restauration des monuments historiques en s'appuyant sur un cas concret emblématique. La commission BIM du GMH pourra y puiser un exemple pour sa mission du développement de la formation.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    La problématique de la sécurité est-elle toujours traitée dès la conception d’une architecture de stockage de données ?