Projets

L'aéroport de Bordeaux dématérialise ses factures clients

L'aéroport de Bordeaux dématérialise ses factures clients
Fabien Espinasse, chef de projet informatique au sein du département des Opérations Techniques, à Aéroport de Bordeaux, a mis en place la solution EDC de DPii pour dématérialiser les factures clients

L'aéroport de Bordeaux a choisi la solution EDC de DPii pour dématérialiser ses factures clients en répondant à un cahier des charges exigeant.

PublicitéLa transformation numérique touche l'ensemble des secteurs d'activité. Les aéroports n'échappent pas à ce mouvement et celui de Bordeaux vient d'en faire la démonstration. Géré par une société privée, mais sous contrôle de l'Etat, il compte environ 200 collaborateurs. En 2016, une réflexion est menée pour dématérialiser sa facturation.

En décembre de cette même année, un appel d'offres est lancée avec comme impératif de ne pas toucher aux 3 logiciels utilisés pour la gestion des factures. En effet, l'aéroport exploite 3 logiciels différents en fonction des métiers. Il existe une application dédiée à la facturation aéronautique, une pour la gestion des parcs automobiles et un programme pour la facturation domaniale (commerce, électricité, etc.). Au départ, chaque métier établissait ses factures et les imprimait en plusieurs exemplaires : un pour les archives, un autre mis sous pli et envoyé au format papier. Parmi les autres critères, l'aspect sécurité était essentiel, ainsi que la validation d'un ROI de la solution mise en place.

Une solution sécurisée et tournée vers l'avenir

L'éditeur DPii, avec sa solution EDC, a été retenu pour mener à bien cette tâche. Comme l'indique Fabien Espinasse, chef de projet informatique au sein du département des Opérations Techniques : « La solution EDC, conjointement à l'offre d'archivage de son partenaire Locarchives, présente l'avantage d'avoir un haut degré de sûreté par la caution d'une certification défense, à un prix accessible tout en s'adaptant simplement aux solutions et logiciels déjà en place ». Il ajoute que « la technologie avait déjà fait ses preuves en présentant des références très significatives ».

Au final, « aujourd'hui 100% de nos factures sont gérées par DPii et archivées par Locarchives avec la norme Z42-013 », explique le responsable. Parmi les points forts de cette évolution, il salue le fait de ne pas modifier les habitudes de travail et de ne pas être intrusif. Sur la partie sécurité, « DPii a su nous présenter les bons certificats, les bonnes normes, les bonnes pratiques et rassurer tout le monde sur leur gestion de la sécurité informatique et sur le respect des réglementations applicables », poursuit Fabien Espinasse.

Les perspectives sont déjà envisagées. A court terme, un calibrage est prévu sur les PDF/XML produits par l'outil de gestion domaniale. L'objectif est d'automatiser le flux destinés à Chorus, portal de facturation. Un autre axe de développement sera dans la dématérialisation des bulletins de paie et des contrats.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    UTILISATION DES COOKIES

    En poursuivant votre navigation sur ce site,
    vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

    Pour en savoir plus, consultez notre politique relative à la vie privée.

    La question du moment
    Utilisez-vous des jeux de données « open-data » dans vos process internes ?