Projets

L'adoption des budgets IT, caillou dans la chaussure des marchés publics

L'adoption des budgets IT, caillou dans la chaussure des marchés publics
Gartner révèle que 75 % des personnes interrogées ont cité l'obtention d'un accord sur la budgétisation comme une préoccupation majeure pour les retards dans la décision d'achat.

La complexité juridique et l'obtention d'un accord sur le budget IT sont les principales raisons des retards remarqués sur les marchés publics estime Gartner. Dans son dernier rapport, le cabinet indique notamment que le cycle d'achat moyen des entités gouvernementales est de 22 mois.

PublicitéSelon un rapport de Gartner, les organismes publics ont le cycle d'achat moyen le plus long pour les technologies par rapport à d'autres secteurs, les lois sur les marchés publics rendant le processus d'achat plus complexe. Le document, qui repose sur une enquête menée auprès de 1 120 cadres, dont 79 employés du secteur public, aux États-Unis, au Canada, en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Australie et à Singapour, montre que le cycle d'achat moyen des entités gouvernementales est de 22 mois.

En revanche, au moins 48 % des personnes interrogées ont déclaré que leur cycle d'achat de technologies était en moyenne de six à sept mois. « L'acquisition de technologies pose au secteur public des défis qui n'existent généralement pas dans d'autres secteurs », a déclaré Dean Lacheca, vice-président et analyste chez Gartner. « Chaque juridiction a ses propres lois et politiques en matière de marchés publics, et au sein de celles-ci, chaque agence ou département peut avoir sa propre interprétation de celles-ci. Le non-respect des règles peut avoir de graves conséquences, allant d'une publicité indésirable à un risque personnel de poursuites judiciaires », ajoute M. Lacheca.

Des retards déjà en amont du processus d'achat

Parmi les autres raisons à l'origine des retards, citons les modifications de la portée, de la recherche et de l'évaluation, ainsi que la conclusion d'un accord sur le budget. De nombreuses personnes interrogées ont également déclaré que ces retards se produisent avant le début du processus d'achat, 74 % au moins des personnes interrogées dans le secteur public affirmant que l'élaboration d'une analyse de rentabilité des achats prend beaucoup de temps. Plus de 76 % des personnes interrogées ont déclaré que les changements de périmètre nécessitant des recherches et des évaluations supplémentaires constituaient également un autre facteur important entraînant des retards, a indiqué Gartner.

Le rapport affirme également que 75 % des personnes interrogées ont cité l'obtention d'un accord sur la budgétisation comme une préoccupation majeure pour les retards dans la décision d'achat. « Si les cycles d'achat du gouvernement peuvent être longs, il est important de noter que ces délais ne sont pas fixés », a déclaré Dean Lacheca. « Les délais initialement prévus peuvent être retardés en raison d'une combinaison de facteurs contrôlables et incontrôlables, en particulier lorsqu'il n'existe pas de délais externes ».

Les équipes d'achat du secteur public sont nombreuses

Une équipe d'achat typique du secteur public compte 12 participants, avec des niveaux de participation variables dans le processus, a déclaré Gartner, ajoutant que les cadres supérieurs du gouvernement ont tendance à être moins impliqués dans le processus d'achat de technologie par rapport au secteur privé afin d'éviter d'être associés au processus et de créer la perception d'une influence politique sur le résultat. Cela rend également les cadres supérieurs du gouvernement moins enclins à défendre le processus s'il est contesté par des vendeurs non retenus ou par les médias, a déclaré le cabinet d'études.

PublicitéEn outre, l'enquête montre que les équipes d'achat du secteur public sont plus susceptibles d'être composées de personnel opérationnel de niveau inférieur, qui agissent comme des experts en la matière fournissant des recommandations à leur C-suite. Selon Gartner, au moins 68 % des répondants du secteur public affirment qu'une autre raison de retard est leur incapacité à obtenir du fournisseur des détails spécifiques sur le produit ou les exigences de mise en oeuvre. Le cabinet d'études ajoute que les organisations du secteur public sont beaucoup plus susceptibles d'apprécier les références des clients existants que les acheteurs du secteur non public, en partie parce que les organisations du secteur public sont rarement en concurrence directe et partagent souvent des défis communs.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Pouvez-vous choisir / ajuster le support de stockage en fonction des usages envisagés pour vos différentes données ?