Projets

Duracell refond sa gestion d'entrepôts devenue obsolète

Duracell refond sa gestion d'entrepôts devenue obsolète
Alban Fleury, DSI Europe, Asie et Global BtoB chez Duracell, a préféré changer le WMS plutôt que de tenter de faire évoluer un système obsolète.

Ayant repris son indépendance IT, le fabriquant de piles Duracell a choisi la gestion d'entrepôts Reflex WMS de Reflex Logistics Solutions (Groupe Hardis).

PublicitéAvant 2016, le fabricant de piles électriques et de batteries Duracell appartenait à The Gillette Company (groupe Procter & Gamble). A cette date, il a été acquis par le fonds Berkshire Hathaway. Duracell a alors repris une indépendance IT et la maîtrise de sa stratégie. Présent dans le monde entier, Duracell utilisait une gestion d'entrepôts technologiquement obsolète datant d'une trentaine d'années et conçue en interne. La modernisation de cette solution aurait été trop coûteuse et un remplacement s'imposait. Mais aucun solution proposée par les éditeurs mondiaux consultés ne satisfaisait l'industriel. Il s'est alors tourné vers un éditeur européen, Reflex Logistics Solutions (Groupe Hardis), veillant cependant à sa capacité à accompagner un déploiement mondial.

La complexité de l'usine et du centre de conditionnement situés en Belgique, premier à évoluer, traitant du colis à la palette, ne pouvait pas, en effet, être gérée par les solutions mondiales consultées sans de lourdes personnalisations. Or Reflex WMS de Reflex Logistics Solutions (Groupe Hardis) comprenait en standard une grande partie des fonctionnalités voulues par Duracell, les nécessités de personnalisations devenant de fait très limitées. Le site belge devait être déployé en 2018 et, devant la complexité des choix à opérer et la gestion du pic d'activité de fin d'année où il ne pouvait être question de prendre un risque lié à une migration, le projet n'a finalement pu s'achever qu'en 2019. Dans l'entrepôt de distribution entièrement automatisé de Belgique, Reflex WMS orchestre les véhicules à guidage automatique (AGV).

Le principe d'un core model mondial a alors été acté et le déploiement mondial a pu commencer alors que, initialement, les centres américains et chinois n'étaient pas prévus dans le projet. Le déploiement est aujourd'hui terminé en Europe et aux Etats-Unis. Aux Etats-Unis, l'intégration a été opérée par ITOrizon, le projet étant accélérée par la création d'un nouveau centre logistique. Restait le cas très important de la Chine. Reflex WMS n'existait en effet pas en version chinoise, ce qui a failli être un point bloquant. Mais l'éditeur a su répondre aussi à cette demande et à garantir l'existence d'un support local. Le déploiement en Chine est prévu sur 2022. Si la solution est aujourd'hui installée on premise, le recours à la version cloud est une possibilité envisagée par Duracell.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Le métier d’ingénieur data existe-t-il dans votre organisation ?