Projets

UnJourUnCachemire propose l'essayage virtuel en ligne

UnJourUnCachemire propose l'essayage virtuel en ligne
Le site UnJourUnCachemire est spécialisé dans la vente de vêtements en cachemire.

En ayant recours à la start-up Fitle, le site UnJourUnCachemire espère diminuer les taux de retour et accroître ses ventes.

PublicitéDepuis le 25 février, le site spécialisé dans la vente de vêtements en cachemire UnJourUnCachemire propose l'essayage virtuel en ligne. En visualisant un vêtement sur un avatar réaliste sans disposer du vêtement en main, l'utilisateur peut ainsi se rendre compte de la pertinence de la taille choisie tout en contrôlant son apparence générale. Il s'agit d'une part de réassurer l'acheteur potentiel, donc de développer les ventes, mais aussi d'éviter les déconvenues (taille inadaptée...) et ainsi les retours d'articles. Pour proposer ce service, UnJourUnCachemire utilise la technologie de Fitle.
Cette start-up propose un service SaaS. Lorsqu'un client potentiel de UnJourUnCachemire clique sur le bouton « essayez ce vêtement », il ouvre une fenêtre pop-up gérée par Fitle. Le fait d'utiliser le pop-up implique que le client reste sur le site marchand tout en évitant à ce site de devoir implémenter une technologie complexe. Le lien entre la boutique et la start-up se fait au travers d'un identifiant produit. Dans le pop-up, l'utilisateur s'identifie et peut visualiser le vêtement sur son avatar personnalisé reprenant ses mensurations et sa silhouette.


Après avoir choisi un article, l'utilisateur peut lancer un essayage virtuel avec visualisation face/côté/dos. Cliquez pour une vidéo de démonstration.


Il peut ainsi vérifier que telle ou telle taille, tel ou tel coloris, sont ou non adéquats. La visualisation se fait soit en mode « réaliste » soit en mode « carte de confort ». La création de chaque rendu prend moins d'une minute (le pop-up indique 30 à 45 secondes mais, lors de nos tests, c'était plutôt aux environs de 50 secondes).


Visualisation de l'article choisi en mode « réaliste ».

Dans ce dernier cas, une échelle de couleur (du rouge au bleu) indique quelles parties du vêtement choisi sont plus ou moins serrées. La start-up précise qu'elle prend en compte non seulement la forme du vêtement mais aussi l'élasticité et le rendu de la matière.


Visualisation de l'article choisi en mode « carte de confort ».

Si l'implémentation est trop récente pour que des retours d'expérience puissent être enregistrés, Charles Nouboue, PDG fondateur de Fitle, indique : « selon nos études de marché, le développement des ventes pourrait atteindre +40% et le taux de retour baisser de 10%. » Mais, après un premier test chez Carrefour, UnJourUnCachemire est la première véritable implémentation sur un site de vente en ligne. Les chiffres théoriques restent donc à valider.

PublicitéUn modèle locatif et de service

L'ensemble de la technologie spécifique étant géré chez Fitle par la start-up elle-même, le modèle économique est bien à l'usage pour les boutiques en ligne. « Selon le nombre d'essayages virtuels pratiqués sur le site en ligne, le coût de notre service va de 1000 à 20 000 euros par mois » précise Charles Nouboue.
Si l'utilisateur doit créer son avatar (voir encadré) une bonne fois pour toute sur le service Fitle, chaque modèle de vêtement doit lui aussi être modélisé. Charles Nouboue explique : « nous modélisons les vêtements à partir des fiches techniques à chaque changement de collection. Si une saisie manuelle des caractéristiques reste nécessaire pour l'instant, l'outil de modélisation en lui-même, totalement automatique, contribue à notre valeur ajoutée. Une collection peut ainsi être modélisée en moins d'une semaine. »

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Savez-vous mesurer les niveaux de service réels pour les comparer aux engagements et SLAs ?