Stratégie

Les grandes difficultés pratiques de la digitalisation

Les grandes difficultés pratiques de la digitalisation
Faire travailler ensemble DSI et directions métiers reste un défi.

Les difficultés de la DSI à collaborer pleinement avec les métiers constituent des freins pour l'entreprise selon une étude Vanson Bourne / Dynatrace.

PublicitéPoursuivre la transformation digitale et ainsi continuer d'innover est tout sauf évident, même si toutes les entreprises en font évidemment leur axe stratégique. Une étude réalisée par le cabinet Vanson Bourne sur la commande de Dynatrace vient ainsi souligner les difficultés pratiques de cette révolution digitale, au premier rang desquelles il faut placer les multiples silotages comme celui séparant la DSI et chaque direction métier. De la même façon, souligne l'éditeur, la multiplication d'outils de pilotage rend ce pilotage particulièrement lourd et gène donc considérablement l'agilité attendue d'une adoption, par exemple, du cloud.

Pourtant la transformation digitale s'accélère. C'est l'avis de 89% des DSI pour les douze derniers mois, 58 % jugeant que l'accélération va se poursuivre. Mais, pourtant, la difficulté est là : les équipes métier et IT opèrent séparées, en silos, et, pour 93 % des DSI, cela freine la création de valeur par l'IT. 16 % du temps des équipes IT seraient ainsi consacrés aux réunions avec les équipes métier pour identifier les manquements. Autre silotage : celui des équipes de build et de run, ce qui limite l'agilité vis-à-vis du business pour 40 % des DSI.

L'impact business des investissements numériques est, de plus, mesuré par une kyrielle d'outils et, pour 74 % des DSI, la récolte et l'exploitation des données est problématique. 14 % seulement estiment disposer d'outils réellement adaptés à cette vision globale de l'impact business de l'IT. De la même façon, 49 % avouent n'avoir qu'une vision imparfaite de la perception des utilisateurs sur les performances IT. Les nouvelles approches ont ainsi le vent en poupe : 53% adoptent le BizDevOps, 50% l'exploitation autonome du cloud et 47% le NoOps.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Avez-vous des solutions pour vérifier l’intégrité de vos sauvegardes ?