Stratégie

Les entreprises aspirent à la souveraineté IT

Les entreprises aspirent à la souveraineté IT
L’informatique ne peut pas être uniquement américaine.

Les entreprises françaises et allemandes aspirent à une souveraineté numérique selon une étude menée par HPE.

PublicitéLe projet Gaia-X, mené par la France et l'Allemagne, vise à développer et certifier un écosystème souverain autour du cloud en Europe. Dans le contexte des annonces autour de cette initiative, HPE a interrogé des cadres de chaque côté du Rhin pour connaître leur opinion sur la souveraineté numérique. 50 % des répondants jugent que la crise sanitaire du Covid-19 va accroître le poids des plates-formes numériques de type cloud public, majoritairement américaines. 43 % des répondants français et 33 % des Allemands déclarent que leur entreprise a intensifié l'utilisation des services de cloud computing depuis le début de la crise du Covid-19.

65 % des répondants jugent essentiel de défendre la souveraineté numérique européenne. Les trois-quarts n'utilisent d'ailleurs que des outils internes pour mener leurs analyses de données. 57 % estiment qu'une approche multi-cloud décentralisée est la bonne pour défendre la souveraineté numérique européenne tout en gardant les avantages du cloud. 85 % des Allemands et 65 % des Français jugent la souveraineté numérique comme un projet important. 20 % seulement ont entendu parlé de Gaia-X mais la majorité juge que la logique défendue est la bonne.

La crise n'a pas été perçue de la même façon de chaque côté du Rhin. Les projets numériques ont été majoritairement accélérés en Allemagne (61 % des répondants allemands), minoritairement en France (33%).

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Connaissez-vous la part de votre patrimoine applicatif en voie d’obsolescence ?