Management

Avec la pandémie, le télétravail devient un critère important pour attirer les talents

Avec la pandémie, le télétravail devient un critère important pour attirer les talents
Selon l’étude réalisée par Citrix, plus d’un employé de bureau français sur quatre cite la possibilité de télétravailler comme critère décisif pour changer de poste.

Une étude réalisée pour l'éditeur Citrix montre que les employés travaillant dans des bureaux accordent une importance croissante à la flexibilité en matière d'organisation du travail. Après avoir goûté au télétravail avec la pandémie, un sur deux se dit favorable à des modèles hybrides mêlant travail à distance et sur site.

PublicitéSi certains employeurs restent frileux en matière de télétravail, du côté des employés la pandémie semble bien avoir ancré la pratique dans les habitudes. Une récente étude réalisée pour l'éditeur Citrix auprès de 1000 salariés français travaillant dans des bureaux montre en effet que 82% d'entre eux s'attendent à le voir se renforcer après la pandémie. Offrir la possibilité de télétravailler devient même un facteur d'attractivité important pour recruter : 52% des sondés estiment que les entreprises ne proposant pas cette option se priveront des meilleurs talents, et 42% indiquent même que la flexibilité en matière d'organisation du travail sera un critère décisif s'ils doivent changer d'emploi. Enfin, près de six sur dix (57%) souhaitent même que le gouvernement français légifère sur le télétravail.

Près de quatre répondants sur dix déclarent que les nouvelles formes d'organisation du travail consécutives à la crise sanitaire ont eu un impact positif sur leur vie personnelle, l'absence de trajets domicile-travail laissant davantage de temps pour celle-ci. Toutefois, par rapport à la vie professionnelle les avis sont plus partagés : 30% des sondés considèrent que la crise sanitaire a eu un impact négatif sur leur vie professionnelle, contre 24% qui notent un impact positif, notamment en matière de gestion du temps et de performance globale. Les difficultés rencontrées ne sont pas vraiment liées à la productivité, comme certains employeurs ont pu le craindre : chez eux, 70% des répondants travaillent sur une durée au moins équivalente au bureau, 43% travaillant même davantage. Les soucis pointés par les sondés concernent plutôt le bien-être au travail, le manque de contacts et d'activité physique pouvant avoir des répercussions négatives sur la durée. 39% des répondants ont ainsi ressenti une détérioration de leur santé mentale au cours de l'année passée.

Après les expériences vécues pendant la pandémie, les salariés s'orientent nettement vers des modèles hybrides, mêlant travail à distance et au bureau, pour profiter au mieux des avantages du télétravail tout en évitant ses impacts négatifs. La moitié des sondés indique ainsi sa préférence pour de telles organisations. En revanche, seule une minorité (13%) des employés désirent revenir tous les jours dans leur entreprise.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Pouvez-vous contrôler précisément les accès à vos données ?