Technologies

97 % des entreprises françaises ne respectent pas leur budget cloud

97 % des entreprises françaises ne respectent pas leur budget cloud
Les entreprises ne prennent pas en compte les dépenses liées aux solutions de protections des données lors de l'établissement de leur budget cloud. (Crédit : Lucia Grzeskiewicz / Pixabay)

La quasi-totalité des entreprises échouerait à respecter leur budget cloud en ne prévoyant pas les dépenses liées à la protection de leurs données. C'est ce qu'a révélé une étude commanditée par Veritas Technologies.

PublicitéSelon une étude de Veritas Technologies, réalisée par le cabinet Vanson Bourne et portant sur la migration des entreprises françaises vers le cloud, 97 % d'entre elles ne parviendraient pas à respecter leurs budgets dédiés au cloud. La principale cause de ce problème semble être une mauvaise lecture de la répartition des responsabilités entre le fournisseur et l'entreprise notamment autour de la protection des données. En effet, 51 % des entreprises interrogées supposent que leur fournisseur de service cloud protège certains de leurs actifs dans le cloud. En réalité, la majorité de ces derniers précisent qu'ils sont « tenus de garantir la résilience du service en lui-même », mais que c'est au client d'assumer « la responsabilité de la protection des données et des applications qui y sont déployées ».

Résultats, 87 % des répondants ont déjà subi une attaque par ransomware sur leurs environnements cloud parce qu'elles n'ont pas fait appel à des entreprises tierces pour protéger leurs données critiques, les laissant ainsi « vulnérables à des attaques par ransomware ». Et 58 % auraient perdu des données, car leurs protections ne reposaient que sur les outils de sauvegarde intégrés aux solutions de leurs fournisseurs de services cloud.

35 % des dépenses imprévues destinées à renforcer la protection des données

Une réalité qui perturbe d'autant plus quand l'étude révèle que 44 % des entreprises interrogés ont pris la décision de migrer vers le cloud justement pour renforcer la sécurité de leurs données. Globalement, c'est d'ailleurs la seconde raison à ce choix, derrière la flexibilité qu'offre le cloud offre (51 %) et devant la mobilité et les économies qu'il permet (40 %).

« L'étude a mis en lumière la nécessité pour les entreprises de mieux comprendre ce qu'elles achètent auprès de leurs fournisseurs de services cloud. Bien souvent, les responsables IT se rendent compte qu'ils ont oublié de prendre en compte un aspect de la gestion de données dans le cloud alors qu'une violation ou une attaque a déjà eu lieu », explique Jean-Pierre Boushira VP Sud, Benelux & Nordiques chez Veritas. D'ailleurs, en y regardant de plus près, 77 % des entreprises interrogées reconnaissent que les offres des FSC ne répondent pas entièrement à leurs besoins en termes de cybersécurité.

Pour autant, les entreprises ont tendance à établir leur budget cloud sans prêter attention à tous les paramètres de la facturation. C'est ainsi que la quasi-totalité des entreprises françaises interrogées dépassent le montant initialement prévu d'en moyenne 43 %. Aujourd'hui, 35 % des dépenses « imprévues » sont destinées aux solutions de protection des données (sauvegarde et récupération).

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Votre entreprise a-t-elle pour politique de privilégier l’option cloud public pour tout nouveau projet ou déploiement ?