Business

Emi Music, Hertz, Unilever, Kraft Foods et Camaïeu tirent un avantage compétitif des réseaux sociaux grâce au Big Data

Emi Music, Hertz, Unilever, Kraft Foods et Camaïeu tirent un avantage compétitif des réseaux sociaux grâce au Big Data

L'EBG organisait son événement « Mobile Social & Big Data » les 14 et 15 novembre 2012 à la Grande Halle de La Villette à Paris. Il y a été montré notamment comment les technologies de type Big Data permettent de tirer un avantage compétitif des données

Emi Music est entré en contact avec plus d'un million de personnes en trois ans. « Mais, ensuite, il faut qualifier ces personnes et segmenter cette population » prévient Peter Roxburgh, vice-président étude clients de Emi Music. Il s'exprimait dans le cadre de l'évènement « Mobile Social & Big Data », organisé par l'EBG les 14 et 15 novembre 2012 à la Grande Halle de La Villette à Paris.
11 profils types dans 24 pays ont ainsi été définis par Emi Music grâce à des technologies de type Big Data. Cette étude permet de définir quels artistes mettre en valeur auprès de quel public, avec quelles modalités et contenus.
De la même façon, chez le loueur de véhicules Hertz, le Big Data permet d'analyser les comportements des consommateurs pour bien gérer la flotte de véhicules. « Il est nécessaire de faire des rapprochements aléatoires, en plus des tableaux de bord pré-définis, pour faire des découvertes non-prévisibles » explique Pascal Moyon, directeur de la marque et du marketing digital de Hertz.
De telles découvertes fortuites, sur le mode de la « découverte de la pénicilline », sont rendues possibles par le Big Data. En l'occurrence, Hertz utilise l'outil Webanalytics pour compiler de multiples sources de données avant de créer des rapports. Voice of the Consummer est également utilisé en complément pour analyser les e-mails entrants.

Créer de la valeur grâce aux données collectées sur les médias sociaux

Des sources importantes de données sur les comportements des consommateurs proviennent d'une part des réseaux sociaux et d'autres part des usages des outils mobiles.
« Nous analysons les comportements pour guider et recommander, par exemple, des comportements d'épargne à des consommateurs ayant des profils proches de consommateurs ayant auparavant adopté ce comportement » mentionne Becky Moffat, directrice de l'engagement digital chez Barclaycard. Mais il est essentiel d'expliquer aux consommateurs quelles données sont utilisées, en toute transparence, et uniquement pour rendre service. Et les accès aux données sont très limités au sein de la banque.
Pour Michel Koch, directeur du cross-channel chez Camaïeu, l'enjeu est (...)

Pour Michel Koch, directeur du cross-channel chez Camaïeu, l'enjeu est plus de comprendre ce que pensent les clients de ce distributeur spécialisé dans le textile. Grâce à Bazar Voice, chaque magasin peut connaître en direct l'opinion de la clientèle de l'enseigne. Michel Koch relève : « il n'est ainsi pas nécessaire de mettre des caméras dans les magasins pour suivre les comportements des consommateurs ». Et si les dits de clientèle relèvent d'un incident nécessitant une intervention après-vente, un service dédié prend contact.
Jamie Barnard, directeur du conseil digital global chez Unilever, confirme qu'il est essentiel de suivre les opinions et expressions des consommateurs. Il est ainsi possible de mieux comprendre les modalités d'usage des produits et d'avoir rapidement les retours d'incidents qui nécessitent une réponse.

Rendre le big data utile pour le marketing

Pour Alex Balfour, ancien directeur des nouveaux médias de London Olympics 2012, le big data vise à rendre accessibles des données plus importantes, plus pertinentes, plus rapidement et pour un coût moindre afin de prendre les meilleures décisions en termes de marketing. La moitié des millions de visiteurs sur les comptes des Jeux sur les médias sociaux ou sur le site web ont utilisé un terminal mobile. Et un bon travail de référencement a permis de brutalement accroître le trafic sur ces outils en ligne.
Toutes les données circulant ou disponibles peuvent, potentiellement, avoir une importance pour l'activité de l'entreprise a souligné Michael Chrisment, directeur du marketing digital et de la relation clients de Kraft Foods. C'est pourquoi le maximum de ces données doit être analysé. Et les tableaux de bord qui en sont issus sont partagés dans toute l'entreprise avec de nombreux graphiques, les images permettant de partager plus efficacement les informations. Michael Chrisment conclut : « le plus grand défi à relever demeure le traitement des informations non-structurées, qui représentent 10% des volumes aujourd'hui mais dont la part augmente sans cesse. »

Article rédigé par

Conseils marketing

Bertrand Lemaire, Rédacteur en chef de CIO
Suivez l'auteur sur , Linked In, Twitter

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    UTILISATION DES COOKIES

    En poursuivant votre navigation sur ce site,
    vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

    Pour en savoir plus, consultez notre politique relative à la vie privée.