Stratégie

L'informatique, passager presque clandestin des audits d'entreprises

L'informatique, passager presque clandestin des audits d'entreprises

Selon une étude menée par le cabinet Mazars avec l'éditeur Wallix, les évolutions réglementaires devraient être mieux prises en compte pour la gouvernance des systèmes d'information. D'autant plus que les règlementations sont finalement très (et trop) limitées.

« Les scandales financiers de type Enron ont amené des réglementations de type SoX/LSF [Loi Sarbanes-Oxley et Loi sur la Sécurité Financière] » rappelle François Nogaret, associé au cabinet Mazars (à droite sur la photo). Ce sont des règlementations purement financières qui ne prennent pas en compte directement l'informatique. Or les outils informatiques sont désormais centraux, plus rien ne pouvant être fait sans eux. L'audit réglementaire néglige donc souvent l'informatique. A tort bien entendu.

La réglementation sur les systèmes d'information n'est pas incluse dans de grands textes comme SoX/LSF mais plutôt dispersée dans d'innombrables dispositions éparses. Ainsi, tout ce qui concerne les données personnelles (notamment leur sécurité) relève de la Loi Informatique et Libertés de 1978 réformée en 2004. La comptabilité informatique est réglementée au titre des possibilités de contrôle fiscal. Les réglementations sectorielles sur les banques ou les assurances, elles, s'intéressent surtout à la traçabilité et à l'intégrité des informations mais peu aux outils eux-mêmes. Pour François Nogaret, « on a affaire à un maquis pointilliste réglementaire ».

La conformité réglementaire suppose donc une attention soutenue, une véritable gouvernance. Selon le cabinet Mazars, quatre principes doivent être respectés : la justification des origines des données, la traçabilité de tous les traitements effectués, la protection des données et leur conservation.

La santé informatique des entreprises est une inconnue

Les réglementations imposent la fourniture d'innombrables informations financières par les entreprises, surtout si elles sont cotées en bourse. Mais, par contre, la qualité de leur système d'information reste, elle, une parfaite inconnue, tout comme la qualité de leur démarche de développement durable. Si, sur ce dernier point, il peut exister des communications volontaires, aucune entreprise n'envisage de se promouvoir en communiquant autour de la qualité de son système d'information. « Or lorsque l'on envisage d'investir ou de racheter une entreprise, la qualité du système d'information est primordiale pour la solidité de ce que l'on achète et donc la bonne estimation de son prix » observe François Nogaret.

A cela s'ajoute la lutte contre les fraudes. François Nogaret note : « les fraudes passent toujours à un moment ou à un autre par le système d'information et peuvent donc être détectées par le système d'information, par exemple en étudiant les flux de données, leurs émetteurs et destinataires. »

Un grain de sable dans une botte de foin

(...)

Un grain de sable dans une botte de foin

« On voit trop souvent l'informatique comme quelque chose qui doit simplement marcher, sans se préoccuper de qui est aux manettes » dénonce Jean-Noël de Galzain, PDG de l'éditeur Wallix (à gauche sur la photo). Or ce sont les utilisateurs qui vont abuser de leurs droits pour commettre des actes préjudiciables à l'entreprise, bien plus souvent qu'il n'y aura un véritable piratage. Pour François Nogaret, le premier cas de fraude est constitué par une simple modification du RIB d'un fournisseur à qui l'entreprise va payer quelque chose. L'argent va donc être ainsi détournée au profit du fraudeur ou d'un complice. Si le montant est assez faible pour être noyé dans la masse, la détection sera rare et complexe.

La fraude peut notamment être grave pour les « super-utilisateurs », qui déterminent les droits des autres, et dont tous les actes doivent être tracés. Or les comptes d'administration des systèmes d'information métier sont souvent collectifs à tout un service. Dès lors, il est impossible de savoir qui a fait quoi. Jean-Noël de Galzain interroge : « dans ces conditions, à qui voulez-vous imputer telle faute disciplinaire ou tel délit ? » Comment engager des poursuites judiciaires ou même justifier des sanctions sans la moindre preuve ?

La sécurité minimale négligée

On est donc loin d'une sécurité minimale. 40% des entreprises ne contrôleraient rien de ce que font les prestataires intervenants sur leur système d'information selon le cabinet Mazars. Ces prestataires sont pourtant bien placés pour récupérer des données ou en corrompre sans être concernés par une survie de l'entreprise. De la même façon, les salariés ne partent pas toujours les mains vides.

Pour l'instant, les problèmes concernent surtout les systèmes d'information administratifs. Mais, désormais, les systèmes industriels sont de plus en plus reliés à l'ensemble du système d'information et, par delà, connectés à Internet. L'affaire Stuxnet a pointé le danger que cela constitue. Un déréglage d'une machine industrielle peut avoir des conséquences plus gênantes (voire mortelles) qu'une simple modification comptable. Mais les audits réglementaires les négligent plus encore que les systèmes administratifs.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    UTILISATION DES COOKIES

    En poursuivant votre navigation sur ce site,
    vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

    Pour en savoir plus, consultez notre politique relative à la vie privée.

    La question du moment
    Etes-vous en mesure d’anonymiser les données pour certaines analyses ?