Business

OpenXML : Microsoft en route pour Canossa

La succession des réponses nationales indique un probable rejet d'Office OpenXML par l'ISO. La France, représentée par l'Afnor, a choisi un rejet avec des commentaires visant à une refonte technique du projet de norme.

PublicitéLes votes contre la normalisation (du moins en l'état) du format Office OpenXML s'accumulent. Les derniers en date sont la France (position annoncée dans une conférence de presse de l'Afnor le 3 septembre 2007 à 15h30), le Danemark et la Norvège, tandis que la Hongrie s'abstient pour des motifs proches de ceux de la Suède. Le sujet étant exclusivement technique tous les « non » s'assortissent de commentaires. La position de la France, défendue par l'Afnor, est, de ce point de vue, particulièrement argumentée et, sous le couvert de ménager la chèvre et le choux, démonte le projet initial de Microsoft et vise à forcer l'éditeur américain à rentrer dans le rang de l'industrialisation. La violence de la réaction de l'éditeur est à la hauteur de l'affront (voir article sur sa réaction). Pour commenter la position de l'Afnor, Olivier Peyrat, son directeur général, avait fait le déplacement lors de la conférence de presse du 3 septembre. Les travaux de la commission de normalisation ont été présentés par son président, Frédéric Bon, PDG de CleverAge, créateur d'un convertisseur OpenDocument/OpenXML. Aussi bien Frédéric Bon que Olivier Peyrat ont multiplié les précautions oratoires et les préliminaires sur la démarche de normalisation, notamment sur le principe de consensus au sein de la communauté économique du secteur concerné, avant d'annoncer que l'Afnor optait pour un « non avec commentaires ». Cette position est issue de l'absence de consensus au sein de la commission de normalisation et de la décision souveraine de la direction de l'Afnor, Olivier Peyrat insistant sur le fait que ce choix est le plus pertinent pour la prise en compte des commentaires selon les procédures mêmes de l'ISO. Mais la recommandation de l'Afnor est précise et remet en cause toute la stratégie de Microsoft. En effet, par sa voix, la France demande à l'ISO de scinder Office OpenXML en deux normes : une norme « core » (coeur) d'un côté et des « extensions » facultatives de l'autre (ci-après, respectivement : OOXML-Core et OOXML-Extensions). Tous les éléments litigieux seraient destinés à être relégués dans OOXML-Extensions : les dessins vectoriels utilisant le format d'origine Microsoft VML, les schémas métier visant à faire de la suite bureautique l'interface unique du SI, l'intégration des formats binaires issus des anciennes versions de Microsoft Office pour garantir la reprise à l'identique de l'existant... Quant à OOXML-Core, l'Afnor demande à ce qu'il soit l'objet d'une nouvelle rédaction pour intégrer les commentaires et améliorer sa qualité intrinsèque : ne prévoir qu'une seule implémentation par fonction (et non pas deux ou trois possibilités concurrentes), suppression de toute référence à des éléments extérieurs aux formats ISO (reprise exclusive du format de date YYYY/MM/DD, des dessins vectoriels SVG, du système métrique...), etc. Ce doublon OOXML-Core et OOXML-Extensions pourrait alors obtenir un statut ISO/TS valide trois ans. Les « TS » (« Technical specification ») sont destinées à des standards trop peu matures ou trop mouvant pour faire l'objet d'une véritable norme. Ils sont souvent employés dans l'industrie automobile. Au final, l'Afnor demande qu'OOXML et ODF convergent vers un format unique tirant parti de tous les avantages des deux formats, ce à l'échelle de trois à cinq ans. La dualité de normes est regrettable mais ne constitue pas une nouveauté dans les TIC, l'Afnor rappelant qu'elle s'était déjà produite, par exemple, pour le DVD, le Wi-Fi... Au rejet d'OOXML dans sa rédaction actuelle, l'Afnor joint logiquement une requête de révision de la norme ODF 1.0 alors que l'Oasis a déjà standardisé un ODF 1.1 et s'apprête à sortir des spécifications ODF 1.2 et 1.3. « Les normes sont, par nature, destinées à évoluer, en moyenne tous les cinq ans » a rappelé Olivier Peyrat. « Si la démarche de convergence n'aboutit pas, on saura forcément, désormais, qui ne joue pas le jeu » a averti Frédéric Bon. Le résultat des votes de l'ensemble des organismes de normalisation du monde devrait être connu dans les prochaines heures. Mais la multiplication des « non » n'est pas de bon augure pour Microsoft. Surtout, les demandes de l'Afnor, qui risquent d'être relayées au niveau mondial, remettent en cause la stratégie de Microsoft sur plusieurs points essentiels : faire d'une suite bureautique lourde une interface unique du SI (via les schémas métier), intégrer les formats binaires des anciens fichiers Office dans les nouveaux formats XML au lieu de les convertir, créer une norme bureautique unique, etc. Si Microsoft est obligé de se plier à ces exigences, sa position dominante pourrait être remise en cause, comme l'empereur Henri IV dut ravaler sa fierté et se soumettre au pape Grégoire VII à Canossa. Une fois tous les votes nationaux connus, l'ISO organisera une réunion en février 2008 qui constituera la prochaine étape de l'examen d'Office OpenXML par l'organisation internationale.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Le risque RGPD est-il couvert par une assurance ?