Business

OpenXML : Microsoft pilonne l'Afnor

La réaction de Microsoft au « non avec commentaires » de l'Afnor au sujet d'Office OpenXML ne s'est pas faite attendre...

PublicitéMarc Mossé, directeur des affaires juridiques et publiques de Microsoft France, et Bernard Ourghanlian, directeur technique, ont tenu une conférence téléphonique le soir même de l'annonce de l'avis de l'AFNOR, le 3 septembre 2007 à 19h pour s'offusquer de la position de cet organisme (voir article sur cette position). Marc Mossé a dénoncé dans des termes très durs le choix opéré par la France qui, selon lui, n'a fait l'objet d'aucun consensus mais a été dicté par des pressions considérables. Il a notamment contesté la mise en ligne des travaux de la commission de normalisation au fur et à mesure des débats et les injures proférées par certains participants ayant conduit la direction de l'Afnor à convoquer pour avertissement les coupables. Microsoft France a maintenu que de nombreux utilisateurs finaux soutenaient la dualité de normes, à savoir OpenDocument et Office OpenXML. « Il faut se préoccuper des utilisateurs et se méfier quand les informaticiens parlent aux informaticiens » a ainsi déclaré Marc Mossé. Ce dernier a cependant refusé de nommer aussi bien les soutiens d'Office OpenXML que les opposants auteurs de pressions inappropriées et de détailler ses affirmations. Sur le plan technique, Bernard Ourghanlian a dénoncé là aussi une absence de consensus au sein de la commission de normalisation aboutissant à « l'intégration de 120 pages de commentaires non-débattues ». Si certains commentaires sont considérés comme pouvant être discutés, notamment l'exclusion de VML, d'autres sont intolérables pour Microsoft France. « Les schémas métier, par exemple, sont fondamentaux et constituent un avantage essentiel d'Office OpenXML » a ainsi mentionné Bernard Ourghanlian. Celui-ci s'est également opposé au principe même de scinder la norme en deux, ce qui, selon lui, nuirait à sa lisibilité. Bernard Ourghanlian a dénoncé une démarche de l'ISO qui a consisté à normaliser la première norme qui arrivait, même bâclée (OpenDocument 1.0 n'intègre pas, par exemple, les balises facilitant l'accessibilité par les handicapés), et à s'orienter vers un rejet d'une norme plus aboutie arrivant ensuite. Il a justifié le fait que Microsoft ne s'est pas associé dès le départ aux travaux de l'Oasis sur le format OpenDocument car ce groupe travaillait au départ sur un format nommé « OpenOffice XML » (à ne pas confondre avec le Office OpenXML de Microsoft et de l'ECMA...), donc un format destiné à une suite bureautique concurrente, OpenOffice. Microsoft France a, au final, refusé de se prononcer sur les éventuelles conséquences de la position de l'Afnor sur des décisions françaises en attente, notamment le Référentiel Général d'Interopérabilité destiné à gouverner tous les achats publics informatiques, sa version préliminaire prévoyant déjà de privilégier OpenDocument, justement à cause de la normalisation ISO de ce format... Bernard Ourghanlian a volontiers admis que la normalisation des formats de fichiers, gage de pérennité des données stockées à l'échelle du siècle et plus, était une demande forte des clients, notamment publics. Mais « imposer aujourd'hui le format OpenDocument dans un appel d'offres serait une rupture d'égalité contraire au Code des Marchés Publics » a déclaré Marc Mossé, qui n'a pas voulu rapprocher une telle possibilité des nombreux marchés passés ces dernières années pour acheter explicitement des logiciels Microsoft.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Avez-vous mis en place du stockage Flash ?