Business

Open World Forum : le Libre est partout mais le Libre n'est pas tout

Open World Forum : le Libre est partout mais le Libre n'est pas tout

L'Open World Forum, plus grande manifestation de son genre consacrée au Libre en Europe, se tient à Paris du 22 au 24 septembre 2011. Le ministre Eric Besson l'a inauguré.

Publicité« La contribution de l'Open Source à la révolution numérique est des plus importantes » a constaté Eric Besson en ouvrant la quatrième édition de l'Open World Forum, le 22 septembre 2011 à l'Eurosite George V à Paris. Le Ministre délégué en charge de l'industrie, de l'énergie et de l'économie numérique a ainsi cité les logiciels libres que tout à chacun utilise quotidiennement : OpenOffice, Firefox, ou même VLC (« meilleure application multimedia au monde issue d'un travail de l'Ecole Centrale de Paris » selon le ministre)... Sans oublier le système d'exploitation Androïd qui équipe la majorité des smartphones en étant basé sur un noyau Linux.

Les deux co-présidents de cette manifestation, Louis Montagne et Jean-Pierre Laisné, ont renchéri : « il serait aujourd'hui impossible aux entreprises de se passer du logiciel libre qui a trouvé sa place partout, jusqu'en embarqué dans les automobiles ». Ce constat est un truisme mais mérite malgré tout d'être rappelé.

La manifestation accueille plus de 2000 visiteurs d'une quarantaine de nationalités. Elle propose des interventions de plus de 200 experts grâce au travail d'une trentaine de responsables de « tracks » thématiques.

Eric Besson s'est refusé à opposer le monde du Libre et celui du Propriétaire, préférant leur concurrence et la complémentarité issue de leurs différences. Par contre, il a semblé attaché à l'adoption de formats ouverts, garants de l'interopérabilité et de la concurrence. Interopérabilité et portabilité seront au coeur des appels d'offres publics pour la création de clouds et la place du logiciel libre devrait donc y être prépondérante.

L'ouverture des formats est liée, dans le discours ministériel, à celle des données. Pour l'Etat, une telle double ouverture sert à la fois les citoyens et les entreprises capables de créer des services utiles à la population à moindre frais. Selon une étude de l'Union Européenne citée par le ministre, le patrimoine en logiciels libres existant à ce jour représente 130 000 années.hommes de travail pouvant être valorisées 12 milliards d'euros.

Le ministre avait à peine terminé son discours que l'APRIL (Association Pour la Recherche en Informatique Libre) publiait un communiqué pour le commenter. Selon l'association, la concurrence tant désirée entre Libre et Propriétaire est aujourd'hui faussée et ce club attend que le ministre tienne ses engagements antérieurs, notamment en termes de lutte contre la vente liée matériel-logiciels.

Une réponse virulente

Si le vice-président de la région Ile-de-France en charge des nouvelles technologies, Jean-Paul Planchou, s'est contenté de rappeler le rôle important du logiciel libre dans le marché et dans le dynamisme des entreprises régionales dans le secteur des TIC, l'adjoint au maire de Paris en charge de l'innovation, Jean-Louis Missika, a, lui, fustigé la politique gouvernementale. Selon lui, si 25% de la croissance européenne est liée au Numérique, le gouvernement auquel appartient Eric Besson fait tout pour la brider. Ainsi, il a dénoncé la multiplication des taxes frappant le secteur depuis 2007, à raison d'une nouvelle par an. Il a également dénoncé l'insécurité fiscale des entreprises innovantes qui voient leurs charges changer au fil de la « rigueur » mal ciblée. Celle-ci, selon l'élu parisien, frapperait ainsi les deux piliers de l'avenir : l'école et l'innovation.

PublicitéJean-Louis Missika en a profité pour (...)



Jean-Louis Missika en a profité pour fustiger la moindre remise en cause de la neutralité d'Internet. « Revenir sur la neutralité, gage et raison du succès d'Internet, n'est pas une option envisageable » a plaidé l'élu parisien. Pour lui, « la neutralité du Net garantit à la PME innovante de disposer des mêmes accès que des multinationales et donc de pouvoir lui faire concurrence ». Multipliant les critiques contre le gouvernement, Jean-Louis Missika a également relevé : « on ne peut pas s'extasier devant les révolutions arabes et accumuler en France les lois comme la LOPPSI 2 ou Hadopi qui criminalise le partage de la connexion Internet ».

Au coeur du post-PC

Au delà des pétitions de principe, Jean-Luc Beylat, président du pôle de compétitivité Systematic, a rappelé que l'open-source était au coeur de la préparation de l'après-PC. Qu'il s'agisse de cloud, d'applications web ou de nouveaux terminaux (smartphones, tablettes...), l'open-source possède des réponses souvent en avance. Sur les 1,2 milliards d'euros d'investissements du pôle de compétitivité, 100 millions sont consacrés à la R&D 43 millions au financement d'amorçage dans le domaine de l'open-source.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Pouvez-vous mesurer en temps réel le niveau de service de vos systèmes Cloud pour savoir si les gains de performance sont au rendez-vous ?