Management

Nostalgie du télétravail durant le retour à la normale

Nostalgie du télétravail durant le retour à la normale
Le télétravail reste une demande suite aux expériences vécues durant la crise sanitaire Covid-19.

Selon une étude menée pour Slack, le retour à la normale et au présentiel après la crise sanitaire se heurte à des réticences des salariés.

PublicitéLa crise sanitaire a entraîné une modification importante des modalités du travail, notamment avec une adoption importante du télétravail. A l'inverse, la fin de la crise sanitaire a signé un retour à la situation antérieure, générant parfois certains regrets chez les salariés. C'est ce qui est souligné par une étude menée pour Slack. En novembre 2021, 30 % des salariés étaient revenus cinq jours par semaine au bureau et le chiffre atteint désormais 34 %. Ce retour au présentiel est source de frustrations : 55% des répondants indiquent ainsi qu'ils préféreraient travailler de manière flexible au moins une partie du temps. En France, face à un manque de flexibilité, la situation est plus nuancée : 7,2% des sondés prévoient de chercher un nouvel emploi, 12,9% sont susceptibles d'en chercher un nouveau, 38% l'envisagent sans certitude et 41,9% ne comptent pas quitter leur emploi.

La probabilité pour un collaborateur ayant de tels regrets de chercher un autre emploi est supérieure de 20 % par rapport aux autres. Dans les secteurs tendus, c'est évidemment un défi supplémentaire pour les employeurs. Malgré tout, le tout télétravail n'est pas non plus l'objectif de la plupart des salariés. En France, le modèle hybride est même devenu la norme : 23% veulent revenir travailler au bureau cinq jours par semaine, 31% préfèrent de l'hybride avec trois ou quatre jours par semaine au bureau, 28% un à deux jours par semaine, 12% quelques jours par mois et 5% seulement souhaiteraient passer au 100% télétravail. 79% attendent une flexibilité du lieu de travail.

Mais une autre flexibilité, plus appréciée encore que celle du lieu, est celle des horaires. 94% désirent ainsi bénéficier de flexibilité en matière d'horaires mais 65% indiquent qu'ils n'ont que peu ou pas de possibilités d'adapter leurs horaires par rapport à un programme préétabli.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Disposez-vous d’une solution globale pour piloter l’ensemble de vos coûts IT (dépenses d’exploitation et investissements) ?