Stratégie

Les dérives des grands programmes informatiques de l'Education Nationale

Les dérives des grands programmes informatiques de l'Education Nationale
L'Education Nationale demeure la principale administration en effectif mais la gestion informatique de celui-ci reste délicate.

Gestion des ressources humaines, des concours et examens : les projets informatiques de l'Education Nationale sont de bien mauvais élèves budgétaires.

PublicitéLa page 17 du rapport annuel de performance 2015 concernant l'éducation nationale et publié mi-juin 2016 indique, en quelques chiffres, comment deux grands programmes informatiques du Ministère de l'Education nationale sont entrés dans une large dérive. SIRHEN (Système d'Information de gestion des Ressources Humaines de l'Education Nationale) et OCEAN (Organisation des Concours et Examens Académiques et Nationaux) sont ainsi pointés du doigt.
Ces deux projets ont été initiés en 2009, sous le gouvernement de François Fillon et la présidence de Nicolas Sarkozy, Xavier Darcos et Luc Chatel s'étant succédé à la tête du Ministère à cette époque. Tous les deux étant prévus pour durer 7 ans. Aujourd'hui, SIRHEN est prévu pour durer 13 ans et OCEAN 10 ans. Notons cependant que le déploiement de ces outils a bien débuté, traitant d'ores et déjà en production une partie de chaque périmètre final.

Un budget multiplié par 4

La dérive des coûts va de pair avec celle des délais. SIRHEN a ainsi vu son budget passer de 80 à 321 millions d'euros, soit un écart de 241 millions d'euros (301% du budget initial !). Le budget a ainsi été multiplié par 4. OCEAN est, quant à lui, passé de 12,5 à 19 millions d'euros, soit un écart de 6,5, soit seulement 52% du budget initial en dépassement.
A l'inverse, le programme de gestion financière et budgétaire a été presque correctement mené. Initié en 2011, également pour sept ans, il a certes dérivé en termes de délais en étant aujourd'hui prévu pour neuf ans mais son coût a été maintenu à 8,9 millions d'euros.
Ces trois projets ont été lancés pour affronter l'obsolescence des applications en place. Le retard de SIRHEN obligera cependant le ministère à mener une montée de version de son logiciel HR Access, marché qui n'a pas encore été conclu et dont le coût n'est donc pas pris en compte ci-dessus.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Avez-vous porté des applications métiers sur un cloud (IaaS ou PaaS) public ?