Management

Digital Workplace: les salariés épanouis, mais imprudents

Digital Workplace: les salariés épanouis, mais imprudents
Les salariés ont bien consciences des problèmes de sécurité (Crédit Photo: Rawpixel/Pixabay)

Une étude réalisée par Aruba, filiale de HPE, montre que l'espace de travail numérique bénéfice aux collaborateurs et lui ouvre d'autres horizons. Sans oublier dès le départ de prendre en compte la sécurité.

PublicitéLes espaces de travail numérique se développent en entreprise, mais il y a peu de retour sur le sentiment des principaux concernés et sur ce que cela implique pour les organisations. Aruba, spécialiste du réseau et filiale de HPE, s'est attelé à cette tâche en sondant 7000 employés dans 15 pays différents. Plusieurs enseignements sont à tirer de cette étude.

En premier lieu, le rapport distingue deux catégories de population sur le digital workplace, les « révolutionnaires du numérique » et les « retardataires du numérique ». Pour les plus en pointe, l'impact du digital workplace se ressent dans : la satisfaction de leur travail (74%) la gestion équilibrée de la vie privée et vie professionnelle (70%), l'amélioration de la productivité (73%), un renforcement de la collaboration (70%), le développement des compétences (65%). Les entreprises accompagnent de plus en plus cette tendance en investissant dans les outils numériques ou en laissant leurs salariés utiliser leur propre solution.

Les salariés conscients des risques, mais restent imprudents

Si les collaborateurs sont épanouis et motivés à travers les espaces de travail numérique, l'aspect sécurité ne doit pas être occulté. Surtout quand l'employé est conscient du risque (52% des sondés y pensent souvent et tous les jours), mais admet sans états d'âme (pour 70% d'entre eux) avoir eu des comportements à risque comme le partage de mots de passe ou le téléchargement de fichiers sur un périphérique personnel . La liste des erreurs ne s'arrête pas là. Un quart des employés déclare s'être connecté de manière ponctuelle sur un réseau WiFi ouvert. 20% des répondants utilisent le même mot de passe pour différents comptes et applications et 17% ont reconnu noter leur mot de passe pour ne pas l'oublier.

Face à ces différents périls, les entreprises doivent prendre en compte l'aspect sécurité dès la conception de l'architecture de l'espace de travail numérique. Pour assurer cette protection, les organisations doivent prendre en compte l'erreur humaine et la menace interne. Le cloud, l'IA et l'apprentissage automatique sont des pistes à explorer pour parvenir à une sécurité optimisée.

Le digital workplace devient smart

L'espace de travail numérique n'est pas un concept statique et va évoluer. Pour Janice Lee, responsable marketing chez Aruba, « l'espace de travail devient plus intelligent et les employés travaillent donc de manière plus intelligente ». Les salariés vont donc voir émerger un espace de travail conçu autour de l'humain, de l'Internet des objets et de l'automatisation des bâtiments.

Plus généralement, l'automatisation est une attente forte des utilisateurs. Ils sont 71% à considérer que l'espace de travail du futur devra être entièrement automatisé. Un espoir de voir « les retardataires du numérique » se transformer en « révolutionnaires du numérique » et non en « réfractaires du numérique ». La balle est dans le camp des entreprises pour envisager le digital workplace comme une stratégie globale.

Publicité

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    UTILISATION DES COOKIES

    En poursuivant votre navigation sur ce site,
    vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

    Pour en savoir plus, consultez notre politique relative à la vie privée.

    La question du moment
    Des process métier utilisent-ils la technologie blockchain en production réelle ?