Projets

Crédit Agricole : un mariage de sept ans pour préparer le divorce

Crédit Agricole : un mariage de sept ans pour préparer le divorce
Le Crédit Agricole a engagé un plan de modernisation de ses infrastructures et applications passant par la réduction de sa dépendance aux mainframes. (crédit : IBM)

Engagé dans un programme de réduction de son empreinte mainframe d'ici 2025, le Crédit Agricole tend encore la main à IBM et Kyndryl. Il vient de signer avec lui et aussi Kyndryl plusieurs contrats sur sept ans pour moderniser une partie des applications du groupe et ouvrir les vannes du devops.

PublicitéLes banques et le mainframe, c'est une grande histoire d'amour qui dure. Mais les établissements traditionnels sont chahutés depuis plusieurs années par des Fintech et la nécessité de proposer des produits et services bancaires plus évolués et dynamiques (mobilité, personnalisation, temps réel, etc.) devient un différenciant stratégique. Dans ce contexte, les systèmes informatiques des grands groupes financiers doivent être adaptés, comme c'est le cas pour le plus important d'entre eux, Crédit Agricole. Le groupe s'est en effet engagé depuis l'été dernier sur un vaste plan de modernisation de ses infrastructures visant à réduire son empreinte mainframe d'ici 2025. Ce n'est pas le premier, loin de là, l'établissement ayant aussi beaucoup passé de temps et investi dans son projet NICE.

Pour l'accompagner dans cette ambitieuse - autant que périlleuse - étape, la banque s'est de nouveau appuyé sur IBM, son partenaire de très longue date avec qui il avait déjà notamment travaillé en 2009 pour consolider et virtualiser ses infrastructures. Cette fois-ci l'enjeu pour le Crédit Agricole est de moderniser une partie de ses applications portant en particulier sur la gestion des crédits et des comptes et d'ouvrir les vannes du devops. Pour se faire, un nouveau contrat de sept ans avec IBM a été signé. Ou plutôt trois en réalité : « L'accord repose sur trois contrats d'une durée de sept ans chacun. Deux contrats ont été conclus avec IBM, l'un portant sur la mise à disposition des technologies IBM et Red Hat - logiciels et matériels, l'autre sur l'apport de services de Consulting. Un contrat a été signé avec Kyndryl pour la fourniture de services d'infrastructure », nous a précisé une porte-parole d'IBM.

IA et cloud native en ligne de mire

« Cette modernisation permettra à la banque de bénéficier des dernières technologies d'IBM, dont l'IBM Z, en matière de cryptographie, de sécurité, de résilience et d'interopérabilité », explique le fournisseur informatique dans un communiqué. « Le Crédit Agricole prévoit de faire évoluer la modularité et l'ouverture de ses applications et de gagner en agilité avec un outil de développement moderne commun à toutes les plateformes devops. Dans le cadre de cet accord, des ingénieurs et experts de Kyndryl - la spin-off de big blue spécialisée dans les services IT anciennement Global Services - travaillera avec les équipes du Crédit Agricole pour superviser le projet et assurer la continuité opérationnelle en mettant en place un centre de services et de compétences Kyndryl dédié à l'IBM Z. Ce projet de modernisation se fera également au travers de la mise en oeuvre de solutions IA et cloud native qui n'ont pour l'heure pas été précisées.

Publicité Contacté par la rédaction, le Crédit Agricole n'a pas pu répondre dans les délais à notre demande de précisions supplémentaires.

Mise à jour du 07/01/2021 à 10h17. Une porte parole d'IBM a apporté des précisions sur ce partenariat avec le Crédit Agricole « Différents sujets sont à l'étude ou en cours pour accélérer la transformation digitale du groupe sur les sept ans de l'accord. Ils visent notamment à moderniser le système d'information, le rendre plus agile et ouvert, mieux partager et exploiter les données afin de pouvoir offrir de nouveaux parcours et services pour les clients et les collaborateurs [...] Les améliorations sur la plateforme IBM Z comprennent notamment les éléments suivants : encryption Full Homomorphic et de cryptographie post quantique (Quantum Safe), exécution des transactions financières et détection des fraudes en temps réel avec des algorithmes IA grâce au processeur Telum, haute disponibilité et continuité de service 24/7 incluant redondance des composants matériels et logiciels, résilience des services et ouverture de la plateforme IBM Z sur l'Hybrid Cloud avec l'intégration de Red Hat Openshift sur Z/Linux pour déployer des applications containérisées et des microservices ».

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Disposez-vous de solutions permettant de superviser à la fois vos infrastructures internes et vos environnements cloud ?