Projets

Carrefour trace les textiles bio avec une blockchain

Carrefour trace les textiles bio avec une blockchain
Le lot de trois bodys pour bébé en coton bio fait partie des articles ainsi tracés.

Après l'alimentation, c'est au tour du textile certifié biologique d'être tracé par Carrefour avec une blockchain fournie par IBM.

PublicitéDémontrer la qualité d'un produit en traçant les étapes de fabrication est devenu un des usages de la blockchain. Carrefour a déjà testé cette technologie en matière alimentaire il y a près de deux ans. Le distributeur étend aujourd'hui son usage de la blockchain, cette fois au textile. IBM est toujours son fournisseur. Pour l'heure, il s'agit de 450 références de la gamme de linge de lit Tex Bio et des bodies bébé Tex Bio en France et en Espagne. Cette traçabilité par blockchain a vocation à s'étendre à un maximum de produits de la gamme Tex Bio.

La garantie apportée est stricte : « ce coton est non OGM, garanti sans pesticides de synthèse, et produit dans des fermes certifiées respectant les exigences des règles de la production biologique. » Deux certificats sont joints aux enregistrements : un certificat GOTS (certification de chaque étape de la fabrication du textile comme respectant des critères d'exigence stricts) et un certificat OEKO-TEX standard 100 (système international de contrôle et de certification sur les substances nocives dans les textiles. Il permet de certifier la non-toxicité des textiles et colorants, il évite donc les substances nocives.)

Pour les consommateurs, l'accès aux informations et aux certificats s'opère via un QR Code disponible sur l'étiquette des produits.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Utilisez-vous des solutions basées sur le machine learning pour renforcer vos capacités de cybersécurité ?