Interviews

Anthony Hié (ESCP Europe) : « Le campus du futur n'est pas 100% numérique mais phygital »

Anthony Hié (ESCP Europe) : « Le campus du futur n'est pas 100% numérique mais phygital »
Anthony Hié a quitté l’Institut Catholique de Paris pour rejoindre ESCP Europe il y a un peu moins d’un an.
Retrouvez cet article dans le CIO FOCUS n°171 !
IT et Business : le mariage inévitable

IT et Business : le mariage inévitable

A force de parler de la place de l'IT dans l'entreprise, on en oublierait presque que, aujourd'hui, l'IT est consubstantielle aux process d'entreprises. L'IT nourrit le process et vice-versa. Les entreprises qui témoignent ici démontrent cette réalité : le business et l'IT n'y sont plus qu'un.

Découvrir

Ancien DSIN de l'ICP (Institut Catholique de Paris), Anthony Hié a rejoint il y a un an ESCP Europe (anciennement Ecole Supérieure de Commerce de Paris, la principale école de commerce de la CCI Paris-Ile-de-France) en tant que Chief Information & Digital Officer pour y mener une transformation phygitale, associant physique et digital comme dans la distribution. L'existence même d'un tel plan de transformation n'est pas très fréquente dans les grandes écoles.

CIO : Pour commencer, pouvez-vous nous présenter ESCP Europe ?Anthony Hié : L'école comprend six campus. Paris, bien sûr, est le premier, avec deux sites : le site historique de République où se déroulent désormais les formations initiales comme le Master International de Management, aussi appelé Programme Grande Ecole....

Il vous reste 96% de l'article à lire
Vous devez posséder un compte pour poursuivre la lecture

Créez votre compte Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous !

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Quelle va être votre principale préoccupation en 2020 ?