Juridique

Accès indirects SAP : l'USF n'est pas contente et l'écrit

Accès indirects SAP : l'USF n'est pas contente et l'écrit
La lettre signée par Claude Molly-Mitton, président de l’USF, souligne les facteurs de mécontentements des clients de SAP.

SAP a certes reconnu le problème des accès indirects mais les solutions apportées ne satisfont pas ses clients regroupés dans l'USF.

Suite à plusieurs affaires, l'USF (association des Utilisateurs de SAP Francophones) et le CIGREF ont rappelé leur opposition de principe à la facturation par SAP des fameux « accès indirects », c'est à dire le fait pour un programme tiers de se connecter à des données traitées dans SAP. Après avoir nié le problème durant des années, SAP a finalement reconnu qu'un aménagement des licences s'imposait. Mais l'aménagement ne convient pas à l'USF, c'est désormais officiel. En effet, Claude Molly-Mitton, président de l'association, a en effet diffusé la lettre envoyée à l'éditeur et précisant la position officielle du club des utilisateurs de SAP.

Le seul point de satisfaction exprimé par l'USF, c'est que SAP reconnaît enfin l'existence d'un problème. Mais la « solution » proposée est qualifiée de « modèle qui est à la fois contestable, incomplet, imprécis donc de fait incompréhensible et inacceptable ». En effet, SAP ne prévoit pour l'instant des cas d'accès indirect que dans une seule famille de produits, le PGI. De plus, le modèle combinant des métriques à l'utilisateur et aux transactions pose bien des questions. L'USF considère donc que ce modèle ne permet pas de prévoir sereinement un coût. Enfin, la sécurité juridique des anciens contrats et la situation des nouveaux contrats ne sont pas vraiment claires.

Surtout, l'USF conteste, au nom du droit à l'interopérabilité, qu'un accès indirect puisse être facturé. Comme beaucoup d'éditeurs de logiciels, SAP a tendance à facturer tout ce pour quoi il trouve un prétexte. Or, sur le plan de la logique économique, la position de l'USF est en effet pertinente : les données n'appartiennent en aucune façon à l'éditeur mais bien à ses clients. Il reste à savoir si les menaces du Cigref vont se concrétiser et si les entreprises vont massivement quitter les éditeurs tels que SAP au profit de solutions open-source telles que Dolibarr ou ERP 5.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    UTILISATION DES COOKIES

    En poursuivant votre navigation sur ce site,
    vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

    Pour en savoir plus, consultez notre politique relative à la vie privée.

    La question du moment
    Avez-vous recensé toutes les sources internes de données ?