Stratégie

Les utilisateurs d'OpenOffice ont enfin leur club !

La Mouette, l'association des utilisateurs francophones d'OpenOffice.org, vient de prendre son envol.

PublicitéPromouvoir l'utilisation et le développement d'OpenOffice.org. C'est l'objectif prioritaire de la Mouette, une association fondée au début du mois pour structurer la communauté francophone adepte de la suite bureautique libre. « L'idée, explique Jean-François Donikian, le président de la structure nouvellement constituée, est de disposer d'une organisation représentant à la fois les utilisateurs grand public et professionnels. » Si le produit bénéficie d'une bonne notoriété dans les cercles spécialisés, le dirigeant de la Mouette regrette en effet qu'il pâtisse d'une relative méconnaissance dans le grand public. « C'est la raison pour laquelle nous allons axer nos efforts sur la promotion d'OpenOffice. Plus nous augmenterons le nombre d'utilisateurs, plus la notoriété de la suite s'en trouvera augmentée. Partant, le produit bénéficiera de davantage de développements. » De même, un usage grandissant dans la sphère grand public devrait, dans l'esprit des membres de la Mouette, conduire certains utilisateurs à envisager un recours à OpenOffice dans leur milieu professionnel à la grande satisfaction de Jean-François Donikian, par ailleurs patron de StarXpert, une SSLL proposant notamment des prestations de migration vers Oo.org. Parmi les projets se trouvant dans les cartons des six fondateurs de l'association, un prochain appel à adhésion occupe la priorité. Au-delà des particuliers, volontiers accueillis au sein de la Mouette mais guère susceptibles d'apporter beaucoup de moyens à la structure, c'est surtout les entreprises et les collectivités que Jean-François Donikian et ses acolytes entendent séduire. Ils s'appuieront également sur la boutique et la vente de produits dérivés en ligne et sur les salons pour doper les moyens de l'association. Mais si l'argent est important, les porte-drapeaux de la suite bureautique espèrent surtout voir gonfler les rangs de la communauté : « Mieux vaut mettre la main à la pioche qu'à la poche », résume astucieusement Jean-François Donikian. L'accroissement de la communauté est en effet essentiel pour l'enrichissement du projet. « Pour l'heure, nous comptons une centaine de contributeurs aux tests qualité, aux travaux de localisation ou de développement des extensions, et quelques milliers d'utilisateurs qui interviennent sur les forums francophones. » L'acquisition de Sun par Oracle ne devrait pas compromettre l'avenir d'Oo.org Le gonflement des rangs de la communauté devrait conduire la Mouette à mettre en place des groupes de travail. Parmi les projets qu'ils pourront conduire, l'association évoque la rédaction d'un livre sur l'usage d'OpenOffice, ou le recueil du ressenti des utilisateurs, en particulier sur ce qu'il manque à la suite bureautique. Les fondateurs de la Mouette évoquent également la possibilité d'organiser, comme cela avait été le cas en 2006, une conférence mondiale en France consacrée à Oo.org, qui réunirait développeurs, spécialistes et utilisateurs. Un événement qui pourrait avoir lieu dès cette année. Enfin, la récente acquisition de Sun par Oracle ne semble pas inquiéter les promoteurs de la communauté francophone, qui n'y voient pas nécessairement un obstacle à la pérennité de la suite libre. « Sun dispose toujours d'équipes en place pour le développement d'OpenOffice. Même si Oo.org n'est certainement pas la priorité d'Oracle, le projet est suffisamment ancré, reconnu, et s'appuyant sur des participants autres que Sun, comme IBM ou Novel, que je ne le vois pas s'arrêter », conclut Jean-François Donikian.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Vos solutions de gestion intègrent-elles des fonctionnalités analytiques ?