Stratégie

Les services financiers fortement touchés par les violations de données en 2020

Les services financiers fortement touchés par les violations de données en 2020
Les répondants européens de l’étude Infoblox placent la surveillance du réseau en tête des méthodes de cybersécurité efficaces.

Une étude Infoblox s'est penchée sur les cybermenaces ayant touché le secteur financier durant la crise sanitaire, évaluant notamment leur impact financier.

PublicitéDans une étude mondiale publiée en mai 2021, Infoblox et son partenaire CyberRisk Alliance Business Intelligence ont interrogé plus de 800 décideurs IT du secteur financier sur les différents incidents vécus durant la crise sanitaire, ainsi que sur leur impact. Les réponses montrent que le secteur est fortement touché par les violations de données : 54% des sondés ont subi de tels événements en 2020. En Europe, la proportion est un peu plus faible, mais reste élevée, avec 44% des répondants concernés, pour un coût moyen de 4,2 millions de dollars.

L'enquête révèle également que les services financiers sont une cible privilégiée pour les attaques basées dans le cloud : 37% des répondants européens ont ainsi connu ce type d'incident au cours de l'année passée. Sur les douze prochains mois, ces décideurs européens craignent en particulier le phishing (26%), les attaques liées au cloud (18%) et les attaques DNS/DDos (16%).

Les pannes de réseau, autre incident coûteux

En dehors des cyberattaques, les pannées de réseau peuvent également coûter cher : si 29% des entreprises européennes ont vécu ce type d'incident, ceux-ci leur ont fait perdre en moyenne 3,1 millions de dollars. Si l'impact financier est le plus redouté par les décideurs européens, cité par 65% d'entre eux, ils sont également 53% à craindre les perturbations que cela engendre au niveau opérationnel.

Interrogés sur les tactiques de cybersécurité les plus efficaces, les répondants européens citent en premier lieu la surveillance du réseau (75%), suivie par la collecte et le partage d'information sur les menaces (59%). La détection proprement dite figure en troisième place, citée par 53% de ces sondés. Enfin, c'est en Europe que l'approche zero trust est la plus citée, mentionnée par 20% des répondants.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Travaillez-vous avec la direction des achats pour élaborer vos budgets IT ?