Stratégie

Le déploiement de SAFe reste dynamique dans les entreprises françaises

Le déploiement de SAFe reste dynamique dans les entreprises françaises
Michel Levaslot anime une communauté francophone des utilisateurs de SAFe.

Selon une étude du Club SAFe Francophone, la pénétration de SAFe se poursuit tant en nombre d'organisations qu'en conformité au référentiel.

PublicitéAnimateur du Club SAFe francophone en plus d'être adjoint au DSI de Pôle Emploi, Michel Levaslot a publié une étude menée au sein de cette communauté. Le cadre méthodologique SAFe poursuit, selon cette étude, son déploiement tant en nombre d'utilisations, en diversité de profils d'organisation (y compris désormais des PME) et en respect du cadre, en particulier sur le respect des rôles prévus et des « cérémonies » marquant les cycles d'actions. Même s'il domine le paysage de l'agilité à l'échelle avec Scrum de Scrum, il faut noter que, finalement, ce cadre méthodologique reste assez marginalement revendiqué par les organisations françaises, même si ses principes sont parfois appliqués partiellement dans des entreprises ne le revendiquant pas. L'étude porte sur 73 entreprises dont 3 PME, représentant 177 trains (sur 259 repérés par l'auteur de l'étude en France), ce qui reste quantitativement faible.

« SAFe®, Scaled Agile Framework®, est un cadre méthodologique permettant de déployer l'agilité à l'échelle dans les entreprises » rappelle en introduction Michel Levaslot. En deux ans, le nombre d'entreprises revendiquant publiquement l'usage de SAFe ou de certains de ses concepts (parfois en invoquant un autre référentiel) a nettement progressé, passant de 34 en Mai 2018 à 73 en Avril 2020. Mais le nombre de trains par entreprise peut beaucoup varier, de un à six selon les constats opérés. Malgré de fortes disparités, la plupart des trains ont deux ans, regroupent en moyenne 8 équipes et concernent plusieurs sites (en moyenne 3, y compris à l'étranger, en particulier en Inde et aux Etats-Unis). Les deux tiers respectent le nombre de participants préconisé, 50 à 125 personnes, un quart étant en dessous du seuil bas.

Des technologies et méthodes très dominantes

Moins d'un train sur dix délivre de l'infrastructure. La nette majorité des trains utilise la méthode SCRUM soit seule soit de manière dominante, même si Kanban et, marginalement Scrumban, sont aussi utilisées. La quasi totalité des sprints durent deux (près de deux-tiers des cas) ou trois semaines. La durée du Program Increment, préconisée de dix semaines, n'est respectée que dans moins de la moitié des cas, cette durée étant souvent allongée de deux ou trois semaines.

Côté technologies, le langage Java et le Javascript, y compris au travers de frameworks comme Angular.js, demeurent de très loin les langages dominants même s'ils ne sont pas exclusifs. La diversité des technologies est à l'image de celle des domaines d'application des trains. On trouve ainsi Hadoop dans 8 % des trains, OpenStack dans 5 %, Salesforce dans 3 %, autant pour SAP...

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Disposez-vous d’outils pour suivre en temps réel le niveau de service sur vos systèmes, y compris celui des services cloud ?