Management

La transformation numérique du secteur bancaire freinée par le déficit de compétences

La transformation numérique du secteur bancaire freinée par le déficit de compétences
Les compétences numériques insuffisantes dans les banques nuisent à l’expérience client, selon une étude du Digital Banking Report avec Open Text.

Une étude du Digital Banking Report, en partenariat avec l'éditeur Open Text, s'est penchée sur l'avenir du travail dans le secteur bancaire. Si le travail à domicile est amené à se développer, les banques craignent de voir leur transformation freinée par la pénurie de compétences numériques.

PublicitéDans de nombreux secteurs, la pandémie de Covid-19 a révélé au grand jour plusieurs enjeux sous-jacents autour de l'organisation du travail. Les services financiers ne font pas exception. En juin 2020, une étude menée par le Digital Banking Report, site spécialisé sur la transformation numérique du secteur bancaire, en partenariat avec Open Text s'est intéressée à l'avenir du travail dans les banques. Premier constat, 81% des 278 dirigeants de services financiers interrogés voient aujourd'hui le télétravail comme une opportunité. Les répondants soulèvent toutefois un certain nombre de défis rencontrés avec le travail à domicile, notamment des difficultés pour la collaboration (53%), la perte d'interactions sociales avec les collègues (36%), les distractions (33%) et une moindre créativité (26%).

Interrogés sur l'impact du télétravail sur leurs initiatives de transformation, les répondants sont assez partagés. 31% ont constaté un accroissement de l'efficacité, 26% n'ont pas vu d'impact et 43% ont observé des ralentissements. Jim Marous, auteur du rapport et PDG du Digital Banking Report, souligne toutefois que dans le contexte particulier de la pandémie, les conditions pour un télétravail efficace n'étaient pas toujours présentes, de nombreux employés ayant dû en parallèle assurer la garde de jeunes enfants ou ne disposant pas d'environnements de travail adaptés à leur domicile.

Vers une guerre des talents numériques ?

Près de trois quarts des sondés (72%) estiment que leur organisation manque de compétences numériques, et seul un quart considère que des progrès un tant soit peu significatifs ont été accomplis pour équilibrer les compétences. Ce déficit de talents met en péril l'innovation et la transformation numérique pour 58% des répondants, nuit à l'expérience client pour 53% et empêche de saisir des opportunités de croissance pour 44%. Pour répondre à cet enjeu, le levier privilégié est la mise à niveau des compétences et la formation en interne (47%). Le recrutement de talents le suit de près, avec une préférence pour ceux venant de la concurrence (42%) par rapport à ceux venant d'autres secteurs (34%). Les partenariats avec des éditeurs de solutions (38%) apparaissent également comme un facilitateur pour la transformation.

Le rapport révèle enfin une sous-utilisation des technologies disponibles actuellement au sein du secteur bancaire. Ainsi, plus de la moitié des répondants (58%) n'utilisent pas le cloud, 56% ne cartographient pas les parcours clients et 45% n'exploitent pas du tout la robotisation des processus (RPA). Trois technologies se démarquent toutefois : les chatbots sont ainsi déployés chez 45% des institutions interrogées, le CRM et l'automatisation marketing chez 44% d'entre elles et l'intelligence artificielle chez 41%.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Disposez-vous d’alternatives à la messagerie classique pour les échanges internes (fils de discussion, réseaux sociaux d’entreprise, messagerie instantanée…) ?