Business

Etude PWC : la fraude progresse mais sa détection aussi

Etude PWC : la fraude progresse mais sa détection aussi

La fraude au détriment des entreprises progresse partout dans le monde mais davantage en France. Les dispositifs automatiques d'alerte contribuent nettement à leur détection.

Publicité« Une fraude sur cinq est désormais détectée par un système détectif d'identification des transactions inhabituelles » estime le cabinet PWC dans la dernière livraison de son étude sur la fraude. Si l'IT permet de lutter contre la fraude au sens large, elle est aussi aujourd'hui le quatrième constituant de celle-ci, via la cyber-criminalité.

La fraude progresse considérablement : 30% des entreprises se déclaraient victimes dans le monde en 2009 contre 34% aujourd'hui. En France, la croissance tient de l'explosion : 29% en 2009, 46% en 2011. Les entreprises sont d'autant plus touchées qu'elles sont importantes : 46% en 2009 et 54% en 2011 pour les plus de 1000 employés contre seulement 26%/29% pour les 201-1000 employés et 15%/17% pour les moins de 200 employés.

Le fraudeur type est un homme (77% des cas), cadre (41%) entre 31 et 40 ans (43%), doté d'une ancienneté entre 3 et 5 ans (30%) et ayant un niveau d'étude de type Master (37%). Dans 77% des cas, le fraudeur est licencié lors de la découverte de sa faute. Une plainte pénale est même déposée dans 62% des cas.

Si les outils d'identification des transactions inhabituelles détectent, en 2011, 18% des fraudes (contre 5% en 2009), c'est au détriment de modalités plus traditionnelles comme les dénonciations et systèmes d'alerte (22% en 2011 contre 34% en 2009), les audits internes (14% contre 17%), les évaluations de risques a priori (10% contre 14%)...

La cybercriminalité en challenger prometteur

La première fraude reste, de loin, le détournement d'actif (vol...) qui frappe 72% des entreprises victimes d'une fraude en 2011 contre 67% en 2009 et 70% en 2007. Les dommages dépassent les cinq millions de dollars dans un cas sur 10. En deuxième position, la fraude comptable a connu un pic en 2009 avec 38% des entreprises victimes contre seulement 24% en 2011. Il est vrai que c'est ce domaine qui a connu le plus grand renforcement des mesures de détection automatique. La corruption reste la troisième pour l'instant mais poursuit sa chute : 30% en 2007, 27% en 2009 et 24% en 2011.

La fraude qui progresse le plus est aujourd'hui en quatrième position : la cybercriminalité. 23% des entreprises victimes d'une fraude déclarent avoir été frappées en 2011.

Selon PWC, cette explosion de la cybercriminalité est liée à un triptyque : la richesse des données à voler, un rapport gain/risque largement supérieur aux autres formes de délits et dédramatisation de l'acte par ses côtés ludique et virtuel. Mais il convient d'ajouter une mauvaise détection des fraudes de ce type : 25% des entreprises dans le monde (30% en France) ne disposent d'aucun dispositif de prévention et de détection. 42% déclarent n'avoir aucun personnel capable d'enquêter sur une fraude de cette nature ou de réagir. Les risques ne sont même pas évalués a priori dans 38% des cas, l'attitude étant généralement réactive et non préventive.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Consultez-vous DPO, juristes et gestionnaires de risques chaque fois que vous envisagez le déploiement d’un nouveau service destiné aux collaborateurs ou aux clients ?