Business

Didier Artus (Président du DynsClub) : « les entreprises doivent augmenter leurs exigences en matière de résultats auprès des intégrateurs »

Didier Artus (Président du DynsClub) : « les entreprises doivent augmenter leurs exigences en matière de résultats auprès des intégrateurs »
Didier Artus est le président du DynsClub (club des utilisateurs Microsoft Dynamics).

Au cours de l'année 2021, le DynsClub (club des utilisateurs Microsoft Dynamics) va publier un panorama de son écosystème avec Scorefact. Didier Artus, président du DynsClub, détaille ici les enjeux et les composantes de cette initiative appelée, sans doute, à se répéter les années suivantes. CIO soutient l'initiative aux côtés des autres titres d'IT-News-Info.

PublicitéCIO : Pour commencer, pouvez-vous présenter de nouveau le DynsClub ?

Didier Artus : Le DynsClub est une association des entreprises utilisatrices de Microsoft Dynamics et produits connexes (Power Platform...). Nous avons à ce jour 120 entreprises membres. Chacune délègue à nos travaux au moins deux délégués, le nombre possible variant selon son niveau de cotisation. La cotisation au DynsClub va de 1000 à 1500 euros par an.

CIO : Quelles sont vos activités en temps normal ?

Didier Artus : Nous avons aujourd'hui trois sections : SMB pour les TPE/PME (Small Business : utilisateurs de Dynamics Business Central, ex-NAV), CRM Solutions (autour de l'ex-Dynamics CRM et offres connexes comme Customer Engagement, c'est à dire le CRM au sens le plus large, y compris le marketing automation) et enfin ERP Solutions (modules comme Finances, Manufacturing, etc.). Nous organisons normalement quatre réunions par an et par section. Depuis plusieurs années, nous faisons en sorte que les quatre journées soient simultanées pour les trois sections, ce qui nous permet d'organiser, quand c'est utile, des plénières transverses pour suivre la convergence technologique ou des actualités communes de certains produits.
En plus, nous organisons la Journée des Utilisateurs le dernier jeudi de novembre. Cette journée se veut fédératrice de la communauté, ouverte aux partenaires comme à leurs clients, même non-membres de notre association. Plus de trois cents personnes s'y réunissent.
Enfin, bien entendu, nous organisons des échanges en ligne et des mises en relation, l'optique étant toujours d'accompagner les entreprises utilisatrices pour qu'elles puissent mener à bien leurs projets autour de Microsoft Dynamics.

CIO : Avec la crise sanitaire, comment avez-vous organisé vos activités depuis mars 2020 ?

Didier Artus : La première journée de février 2020 s'est déroulée normalement. La réunion d'Avril, par contre, a été organisée en vidéoconférence avec Teams. Nous avons été un peu pris de court mais cela faisait quelques temps déjà que nous cherchions à diffuser nos travaux en vidéo.
Du coup, en juin 2020, nous avons activé la nouvelle plate-forme Dynamics Days qui permet bien sûr des échanges mais aussi de partager des documents, de diffuser des contenus, etc. Les journées suivantes ont été organisées sur ce modèle.
La Journée Utilisateurs de 2020 a été réalisée en distancielle sous Teams sur deux jours pour les ateliers et, pour les plénières, en diffusion vidéo en live. Du coup, les utilisateurs ont apprécié de pouvoir ne regarder que ce qui les intéressait sans être bloqués physiquement sur une journée.
Comme le besoin initial -disposer des interventions en streaming vidéo a posteriori- demeure, les plates-formes déployées en 2020 vont être maintenues même quand on recommencera les réunions présentielles.
Mais, cela dit, nous cherchons aussi à multiplier les formats plus courts, par exemple des réunions en ligne d'une heure trente, sur l'approfondissement d'une fonctionnalité précise d'un produit, avec un consultant. Nous choisissons nos thèmes selon les thèmes des questions posées par les membres.
Finalement, la crise sanitaire a été une opportunité de multiplier les contacts avec nos membres, de les rendre plus réguliers. Nous garderons donc sans doute les nouveautés, pour enrichir les apports aux membres.

PublicitéCIO : Avec Scorefact, vous mettez en oeuvre cette année un « Panorama Dynamics 365 et Power Platform ». De quoi s'agit-il et pourquoi une telle initiative ?

Didier Artus : Pour notre réunion de février dernier, nous avions échangé avec Scorefact. Ce spécialiste de la Certification de la Satisfaction Client en environnement IT (notamment par le Label ScoreFact) a réalisé un sondage auprès des membres du club mais aussi d'autres clients de Microsoft Dynamics. L'idée était de définir des tendances en cours, savoir si la crise sanitaire avait changé leurs attentes. Les résultats constituaient un sujet transverse pour la plénière d'ouverture.
Il est ressorti de cette étude que les clients de Microsoft Dynamics maintenaient leurs investissements mais n'y voyaient pas très clair sur les offres. De plus, il semblait y avoir des attentes vis-à-vis des intégrateurs qui avaient changé durant la crise sanitaire et qui n'étaient pas satisfaites.
Le but est donc d'améliorer le constat en mi-teintes. Nous allons donc publier un panorama avec Scorefact sur le modèle de ce que ce dernier effectue dans d'autres écosystèmes. L'idée est de clarifier l'offre de l'éditeur et de mettre en avant les apports des intégrateurs. Ce document a pour objectif d'être une référence pour tous ceux qui ont investi ou vont investir sur une solution Microsoft Dynamics en France.


La publication de cette première édition du « Panorama Dynamics 365 et Power Platform » est prévue pour la fin 2021.

CIO : Quelles sont les tendances révélées par la pré-étude du début de l'année ?

Didier Artus : Le premier chiffre qui nous avait marqué, c'était les 80 % de répondants qui maintenaient ou augmentaient leurs investissements. Le marché autour de Microsoft Dynamics est un marché actif.
Deuxième chiffre : 57 % mènent des projets courts à ROI rapide. Mais 41 % ressentent le besoin d'être aidés pour argumenter auprès de leur direction générale afin de justifier les projets. Surtout, 31 % exprimaient le besoin d'une garantie de satisfaction des utilisateurs. En bref, les entreprises doivent donc augmenter leurs exigences en matière de garantie de résultats auprès des intégrateurs. Les DSI sont challengées par les directions générales sur les investissements opérés. Elles ont donc besoin de partenaires qui apportent des garanties et qui génèrent de la confiance.

CIO : Quel est le planning de la création de ce panorama ?

Didier Artus : La grande étude détaillée va être lancée en juin pour creuser les thématiques juste abordées dans la pré-étude. Il s'agit de comprendre les attentes du marché vis-à-vis de l'éditeur, bien sûr, mais aussi des partenaires intégrateurs. De plus, il s'agira d'aider les entreprises utilisatrices à comprendre les offres de l'éditeur et comment améliorer la satisfaction des utilisateurs finaux.
Les résultats seront publiés en septembre. Je viendrai les commenter sur la CIO.expériences Achats IT : du cost-killing au FinOps organisée par CIO et diffusée le 21 septembre 2021. Le panorama, tel que publié, comprendra les résultats complets mais aussi d'autres contenus (dits d'experts, roadmap de l'éditeur, etc.).
En septembre, nous lancerons un Trophée de l'Innovation et un Trophée de la Satisfaction pour des couples client-intégrateur. Le palmarès de ces trophées sera dévoilé lors de la Journée Utilisateurs de novembre 2021.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Préférez-vous une approche best of breed avec des solutions dédiées à chaque fonction ?