Bibliographies

De la technobéatitude aux technochoix démocratiques

De la technobéatitude aux technochoix démocratiques
Irénée Régnauld et Yaël Benayoun, auteurs de « Technologies partout, démocratie nulle part », sont des blogueurs militants sur le sujet.

En ces temps de technophobies irrationnelles (5G, vaccins...), « Technologies partout, démocratie nulle part », paru chez Fyp, rappelle que la démocratie concerne aussi les choix techniques.

PublicitéD'un côté, la technobéatitude, issue du positivisme, et faisant des technologies les solutions universelles à tous les problèmes. De l'autre, les technophobies souvent complètement irrationnelles et basées sur des erreurs grossières (5G, vaccins...). Au centre, « Technologies partout, démocratie nulle part » vient de paraître chez Fyp sous la plume de deux blogueurs militants, par ailleurs consultants, Irénée Régnauld et Yaël Benayoun. Leur combat est de rappeler que les technologies ne sont pas neutres, au travers du concept d'affordance (incitation à adopter à un comportement induit par la présence d'une technologie) ou bien d'une approche par les risques. Il en résulte la nécessité d'une approche démocratique et critique sur l'adoption des technologies.

L'ouvrage est un plaidoyer militant et ne s'en cache pas. Il débute par rappeler les bases, en décrivant la technobéatitude et en dénonçant ses faux arguments. L'approche par l'éthique professionnelle, adoptée notamment par les ingénieurs québécois, y est saluée mais aussitôt ramenée dans ses limites. Viennent ensuite les problèmes de libertés publiques induits par les approches hyper-technologiques (comme les outils de surveillance électronique). Au final, les auteurs plaident pour une maîtrise du progrès technique, une approche rationnelle et démocratique de l'adoption des technologies.

Il n'en demeure pas moins que les auteurs sont militants. A ce titre, ils ont une fâcheuse tendance à mélanger les choux et les carottes (même si, quand on parle de soupe, ce n'est pas forcément une mauvaise idée). Ainsi, mettre sur le même plan l'adoption de la 5G et les problèmes sociaux des collaborateurs de plates-formes piratant le droit du travail ou le droit commercial (de Uber à AirBnB) est un peu problématique. L'affordance est un concept pratique mais qui ne doit pas déboucher sur toutes les facilités de raisonnement non plus. Cependant, l'appel à la vigilance sur les technologies, à une véritable discussion démocratique autour de leur déploiement, est sans doute nécessaire pour contrer les abus de la société de l'information et de la technobéatitude comme les non-arguments des technophobes.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Vos équipes sont-elles formées aux spécificités du cloud public ?