Projets

Coface harmonise au niveau mondial son SI autour d'un PGI moderne

Coface harmonise au niveau mondial son SI autour d'un PGI moderne
Michel Grot, DSI groupe de Coface, a dû tenir compte d’une grande disparité dans les tailles d’implantations dans 60 pays.

L'assureur crédit présent dans 60 pays, Coface, a choisi de déployer mondialement S/4 Hana, SAP BO et SAP Process Orchestration, intégrés par Accenture.

PublicitéPrésent dans soixante pays, Coface est un assureur-crédit créé il y a soixante-dix ans. Ses 4100 collaborateurs servent 50 000 clients dans une centaine de pays en générant un chiffre d'affaires de 1,4 milliard d'euros. Si, en France et en Allemagne, l'implantation de Coface comprend de nombreux collaborateurs, ce n'est pas le cas partout. Parfois, l'établissement ne comporte que quelques salariés. Malgré tout, Coface souhaitait harmoniser et améliorer l'efficacité des processus métier reposant sur des applications très variées. Par ailleurs, le groupe voulait aussi harmoniser les processus comptables et financiers en réduisant le risque opérationnel lié à la diversité des systèmes informatiques installés. Ces deux volontés s'inscrivaient dans un plan stratégique baptisé « Fit to Win ».

Pour atteindre ses objectifs, Coface a décidé de déployer mondialement une solution unique, basée sur un PGI, S/4 Hana de SAP. Ce PGI est complété par un décisionnel SAP Business Object et SAP Process Orchestration. La réflexion globale a débuté en 2016 et les déploiements se sont enchaînés à partir de 2017. A l'automne 2017, les tests ont été opérés pour les principaux pays et la mise en production a été effective, pour les modules financiers, au 1er janvier 2018 en Argentine, au Mexique, au Chili, au Brésil et en Italie. Contrôleurs de gestion et comptables ont donc entièrement basculé sur le nouvel environnement à cette date. La personnalisation de la solution a été menée en mode agile via des ateliers itératifs et participatifs. La première clôture comptable, en Avril 2018, a de fait été bien plus simple et rapide. Pologne, Roumanie et France devraient être déployés d'ici fin 2018.

Cette volonté d'unification des process se heurte à une difficulté particulière : la variété de règles, entre les différents pays, juridiquement contraignantes sur le secteur. Mais les systèmes différents ajoutaient en fait un niveau de complexité et de coût au lieu de simplifier, la DSI étant centralisée avec des correspondants dans chaque pays. L'harmonisation simplifie l'administration tout en permettant des spécifications locales.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Effectuez-vous des traitements de données dans le cloud, hors SaaS ?