Technologies

Bilan d'activité de la Dinsic : l'héritage de Henri Verdier

Bilan d'activité de la Dinsic : l'héritage de Henri Verdier
La Dinsic dresse un bilan d'activité sur 2017-2018 sous l'ère de Henri Verdier. (Crédit Photo : Alexia Perchant)

En attendant son prochain directeur, la Dinsic s'est fendue d'un petit livret sur le bilan d'activité pour les années 2017-2018. Un document rapportant les grands chantiers menés par Henri Verdier.

PublicitéLa semaine dernière, on apprenait la nomination de Nadi Bou Hanna en tant que directeur de la Dinsic (direction interministérielle du numérique et du système d'information et de communication) à compter du 10 décembre 2018. Il va prendre la place de Henri Verdier qui se voit nommer ambassadeur pour le numérique à compter du 15 novembre prochain. En parallèle de ces nominations, la Dinsic a publié sur son site un bilan d'activité des années 2017-2018. Une sorte de guide pour Nadi Bou Hanna afin de suivre les traces de son prédécesseur.

Le bilan rappelle par exemple la montée en puissance de la conception d'une approche dite « d'Etat plateforme », visant à ce que tous les développements informatiques des administrations puissent être utilisés dans leurs missions par d'autres administrations et être ouverts à la société civile chaque fois que cela se révèle utile. Un concept amorcé à l'époque où Jacques Marzin était à la tête de la Disic, structure précédant la Dinsic.

Des grands projets à France Connect et API Entreprise

Le document dresse ensuite un bilan en fonction des secteurs traités. Ainsi pour l'action publique, on se souvient que la direction a été amenée à proposer au gouvernement l'arrêt de SIRHEN, le SIRH de l'Education Nationale. A la place, la Dinsic va apporter son appui au pilotage d'un système de transition et éviter un dérapage financier de 102 millions d'euros. Dans le domaine des grands projets SI de l'Etat, la direction collecte les informations des ministères pour consolider et publier trois fois par an, en collaboration avec les différents ministères, le panorama des 60 grands projets informatiques de l'État. Sur la partie technologique, le travail de mutualisation et de rationalisation de l'infrastructure informatique de l'Etat a été poursuivi, notamment le cloud interne de l'Etat (un nouvel appel d'offres a été lancé après le choix d'Orange de travailler avec Huawei), la messagerie collaborative, la téléphonie mobile sécurisée, messagerie instantanée de l'Etat (Tchap déployé au début 2019). Des travaux préparatoires ont été menés sur l'intelligence artificielle.

La Dinsic est présente également auprès des particuliers et des entreprises. De France Connect, le système d'authentification en ligne intégré à plus de 360 démarches administratives en ligne à l'API Entreprise évitant aux entreprises de fournir plusieurs fois les mêmes pièces justificatives à l'administration, les équipes de la Dinsic ont accompagné et poussé ces différents projets. Nadi Bou Hanna va donc arriver dans une direction en ordre de marche et avec de grandes ambitions pour les SI de l'Etat.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Les projets IT sont-ils arbitrés en fonction de la valeur métier/business générée ?