Stratégie

Agilité IT : run, build et process

Agilité IT : run, build et process
« L’agilité IT à l’échelle » sera le thème de la CIOnférence du 24 mai 2018.

Le 24 mai 2018, CIO organise une matinée consacrée à « L'agilité IT à l'échelle ». Cette conférence aura lieu à Paris.

PublicitéSi tout DSI se doit de s'affirmer « agile », l'étape suivante est d'être « agile à l'échelle ». Et, là, ça se complique singulièrement. Pour répondre aux questions relatives à cette évolution de la DSI, CIO organise une matinée consacrée à « L'agilité IT à l'échelle ». Cette conférence aura lieu à Paris le 24 mai 2018.
L'« Agilité à l'échelle », c'est garantir que l'IT s'adapte de manière continue en imbrication avec les process. Les évolutions de processus ne peuvent en effet pas attendre des mois ou des années. Et l'agilité se généralise ainsi dans l'entreprise.

Choisir les bonnes technologies et les bonnes méthodes

Pour atteindre cette « Agilité à l'échelle », il faut choisir les technologies adéquates. Cela commence bien sûr, côté run, par le « Full Cloud ». La virtualisation des ressources associée à leur industrialisation aboutissent à des infrastructures totalement agiles : cloud privé, cloud public ou cloud hybride. Côté build, on peut s'appuyer sur le développement rapide applicatif, le Business Process Management (BPM) qui permettent de créer rapidement des applications métier pour industrialiser des processus.
Et côté méthodes, le DevOps est devenu un incontournable. Il ne s'agit plus, avec cette approche, de faire le lien entre le build et le run mais d'effacer toute frontière entre les deux afin de garantir une agilité de bout en bout.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Un contrôle du respect des niveaux de service contractuels est-il systématique avec une mesure objective (outillée) ?