Stratégie

AG Cigref : pour des DSI durables, libres, intégrés... mais pas dans les nuages

Le Club Informatique des Grandes Entreprises de France a tenu son assemblée générale le 6 octobre 2009, tirant le bilan de l'année écoulée et présentant les perspectives de la profession de DSI.

PublicitéLe Cigref a tenu son assemblée générale annuelle le 6 octobre 2009. Derrière les exercices obligés de type bilan et perspective, plusieurs messages ont été véhiculés, marquant la nette évolution du marché. La gestion des achats semble ainsi une véritable préoccupation des DSI du club. Plusieurs nouvelles qualifications en lien avec cette préoccupation sont ainsi entrées dans la dernière édition du référentiel des métiers du Cigref, comme le « manager de contrats ». La commission spécialisée sur les achats s'est également penchée sur l'impact de la crise, le « comment acheter éco-responsable », le SaaS... et le logiciel libre. Ce dernier devient une préoccupation pour les DSI à cause, d'une part, des difficultés propres aux différences entre licences, et, d'autre part, du problème des licences contaminantes. Autrement dit : les DSI, qui préfèrent avoir à la fois le beurre et l'argent du beurre, veulent bien disposer de logiciels gratuits mais hésitent à redistribuer du code écrit à leurs frais. Une solution pourrait être un financement public des développements de logiciels libres. « Nous souhaitons que le secteur du logiciel libre soit appuyé par le Plan de Relance » a ainsi martelé Bruno Ménard, président du Cigref. Chaque commission du Cigref a évidemment présenté le bilan de ses travaux de l'année écoulée. Si beaucoup de portes ouvertes furent enfoncées, comme toujours en pareil cas, plusieurs préoccupations des DSI furent révélées. En matière de décisionnel, par exemple, une « stabilisation du marché » est nécessaire, après les vagues de rachats, car les DSI ont besoin de pouvoir appréhender la pérennité des offres. C'est d'autant plus gênant que ce secteur est particulièrement au coeur d'innovations portées par les DSI atour du prévisionnel. Une marotte du Cigref reste aussi de remettre en cause le classique rapport Maîtrise d'Oeuvre / Maîtrise d'Ouvrage (MOE/MOA) qui, décidément, est porteur de toutes les tares en informatique alors qu'il fonctionne plutôt bien dans tous les autres secteurs. Il est vrai que, selon Pascal Buffard, secrétaire général d'Axa France, « il ne faut plus aligner SI et métiers mais il faut intégrer le SI aux métiers ». A partir de là, la distinction DSI/direction métier, consubstantielle à la distinction MOE/MOA, ne peut qu'être regardée avec méfiance. Le Cigref aime aussi nager à contre-courant. Bruno Ménard a ainsi mené une véritable charge contre l'informatique dans les nuages : « comparer l'informatique et l'électricité va encore nous faire perdre des années. Le modèle unique ne correspond pas à tous les besoins. Payer moins cher le banalisé n'empêche-t-il pas la véritable création de valeur par les SI qui suppose de la personnalisation ? »

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Avez-vous mis en place une solution d’authentification multi-factorielle (MFA) ?