Viadeo
.
toute l'actualité "Projets"
neswletterenvoyer contactimprimerrss


Gendarmerie : « La migration de 70 000 postes sous Linux est pour nous un non-évènement »


Edition du 31/01/2008 - par Bertrand Lemaire
Gendarmerie : « La migration de 70 000 postes sous Linux est pour nous un non-évènement »


La Gendarmerie Nationale va progressivement migrer ses 70 000 postes de travail sous Linux Ubuntu, au fil des renouvellements de matériel. Mais la gouvernance appliquée depuis des années rend cette migration massive sans conséquence. Ou comment une stratégie cohérente appliquée depuis 2004 rend indépendant un certain nombre de processus techniques... et permet de diminuer les coûts.

Le 30 janvier, le colonel Nicolas Géraud, adjoint au sous-directeur des télécommunications et de l'informatique de la Gendarmerie Nationale, a annoncé dans sa présentation au salon Solutions Linux, au CNIT de Paris La Défense, que la totalité du parc des postes de travail de la Gendarmerie Nationale, soit 70 000 postes, allait migrer sur Linux au fil des renouvellements de matériel. Ce qui constitue à ce jour probablement la plus grande migration de postes de travail sous Linux dans le monde est pourtant vu comme naturelle par la gendarmerie : « La migration de 70 000 postes sous Linux est pour nous un non-évènement », insiste le colonel Nicolas Géraud. En effet, la Gendarmerie a mis en oeuvre depuis plusieurs années une gouvernance des systèmes d'information qui lui permet d'envisager de telles migrations. Le basculement sous Linux Ubuntu a d'abord été expérimenté sur 200 postes avant que la décision finale ne soit prise, décision validée par les plus hautes instances en matière de SIC du ministère de la défense (DGSIC). En 2008, entre 5000 et 8000 postes seront déployés et ensuite 12 à 15000 par an. La migration s'achèvera donc en 2013. « Nous migrons au fil du renouvellement du matériel, avec nos ressources internes et sans aucun prestataire externe, y compris pour la maintenance », indique Nicolas Géraud. Il précise : « Nous avons fait le choix de la distribution Ubuntu car elle constitue une version adaptée au poste de travail dérivée de la Debian que nous utilisons sur nos serveurs. Nous prenons une version standard à laquelle nous ajoutons un paquet prenant en compte les paramétrages propres à la gendarmerie. » Le soutien géré à distance L'une des difficultés majeures lorsque l'on entretien un parc de machines sur 4300 sites, dont seulement 200 disposent d'informaticiens, c'est le soutien et notamment l'installation des patchs de sécurité. Nicolas Géraud en convient : « tous les logiciels et mises à jour sont télédistribués via notre Intranet, que le poste de travail soit à Paris ou bien en Guyane, sans déplacement de personnel. La télédistribution a, en plus, l'avantage de garantir le bon déploiement sur chaque poste de tous les patchs de sécurité. C'est donc à la fois un choix lié au coût et à la sécurité. Que les postes soient sous Linux ou un autre système d'exploitation revient au même sur le plan technique pour le déploiement. Une différence avec d'autres systèmes d'exploitation, c'est notamment le coût initial de la licence... Ajoutons que Linux Ubuntu fonctionne sur des configurations matérielles plus légères, donc moins coûteuses à acquérir, que d'autres systèmes d'exploitation. »

Page suivante (2/3) >


ACTUALITES
A LA UNE
Projets

Ipackchem opte pour un pilotage stratégique en SaaS

18/12/2014 - En janvier 2014, la société Ipackchem a été rachetée et a, de ce fait, pris son indépendance d'autres groupes industriel (...)

Chiffres-clés

Innovation : les DSI aimeraient la rencontrer

18/12/2014 - L'innovation, tout le monde dit l'avoir rencontrée mais bien peu la pratique réellement. Et quand il s'agit de sortir de (...)

>> Toute l'actualité
AGENDA
Lille : Forum International de la Cybersécurité - 7ème édition
Du mardi 20 janvier 2015 au mercredi 21 janvier 2015
Lille Grand Palais


EVENEMENT PARTENAIRE


Les études CIO/LMI





CONNEXION AU CIO PDF
E-MAIL :
MOT DE 
PASSE : 
   Mot de passe oublié ?



SONDAGE
Votre DSI se sent-il concerné par la relation avec le client final de l'entreprise ?