Business

Même numérique, la relation-client doit être humaine

Même numérique, la relation-client doit être humaine

Le Baromètre de l'Effort Client de l'AFRC vient rappeler combien les rapports humains restent essentiels dans la relation client.

PublicitéDu 3 au 10 octobre 2014, l'AFRC (Association Française de la Relation Client) organise la manifestation « La relation client en fête » avec le soutien d'EDF. Récompensés durant cette semaine, Les Hospices Civils de Lyon, Acticall, Citroën, Nespresso, La Lyonnaise des Eaux, BlaBlaCar et EDF sont les lauréats des Palmes de la Relation Client 2014.
A cette occasion, l'association a publié un Baromètre de l'Effort Client qui mesure la difficulté rencontrée par les clients dans leurs relations avec les marques. A cette occasion, les canaux numériques ont démontré une nouvelle fois leur pertinence mais sous réserve que les rapports humains soient toujours possibles, même dématérialisés.
La Baromètre est réalisé à partir de l'analyse de 15 000 expériences clients et de l'interrogation de 5000 personnes. Les expériences doivent avoir été vécues dans les 3 derniers mois dans 9 secteurs d'activités audités (énergie, high-tech/TIC, banques et assurances, tourisme/loisirs, grande distribution, achat online, services publics, santé et médias/presse). Six facteurs clés sont analysés : le processus, l'information, le temps, l'aspect financier, la relation et le facteur physique. Un argument positif va être un effet facilitateur ; un argument négatif, un effort.
L'AFRC constate d'abord que l'omnicanal est une réalité quotidienne : le client peut commencer sa relation sur un canal et la poursuivre sur un ou plusieurs autres. Malgré tout, la relation doit être suivie. Au global, selon le baromètre, 60% des Français estiment que les marques leur facilitent la vie, 20% jugeant même bénéficier d'une relation sans effort contre 17% se plaignant d'efforts importants.

Grand écart entre facilitateurs et freins

Cette différence est très importante selon les actions. Par exemple, l'activation d'un compte en ligne ou l'utilisation d'une carte de fidélité sont globalement jugés comme très simples. A l'inverse, la résiliation d'un contrat d'assurances ou une demande d'assistance pour une box Internet sont très complexes. Le processus d'achat ou de gestion du compte client est dans 52% des cas un facilitateur et 32% un frein. L'information délivrée facilite la vie des clients dans 24% des cas mais la complique dans 25%. Le temps nécessaire est facilitateur dans 11% des cas et facteur d'effort dans 23%.
Pour 96% des répondants, l'humain reste un facteur essentiel de la relation, même via des outils numériques et ce alors que les recherches d'information se font de plus en plus via le web (47% des cas contre 13% pour l'entourage, 11% pour la boutique et 8% pour le service client). L'effort requis pour l'usage des canaux numériques s'est d'ailleurs accru ces dernières années : score de 28% en 2013 contre 36% en 2014 !

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Utilisez-vous des solutions de gestion de projet collaboratives ?