Tribunes

Les stratégies SI de 2015 : Les schémas directeurs dans les nuages

Les stratégies SI de 2015 : Les schémas directeurs dans les nuages

La réduction des coûts a laissé la place de première priorité des DSI à la bascule dans le cloud.

PublicitéLe Cloud se concrétise. Les applications Saas se démocratisent. Estimé à 350 millions d'euros en 2010, le marché des solutions SaaS en France devrait frôler les 1,8 milliards d'euros en 2015 selon IDC.

Cloud Computing et rôle des DSI

Conséquence de cet engouement, les préoccupations des DSI changent. Alors que début 2014, l'heure était aux politiques de rationalisation des coûts SI, le dernier baromètre de TNS Sofres montre que le Cloud est désormais la priorité n°1 des DSI.

Ces sondages ne doivent pas masquer la réalité. Le contrôle des coûts SI est toujours une préoccupation forte des dirigeants d'entreprises et des DSI. Ces dernières années ont vu foisonner référentiels de gouvernance projets et chartes qualité.

Cependant, le rôle des DSI évolue. Ainsi, si plus des deux tiers des DSI estiment être piliers de l'innovation au sein de leur entreprise aujourd'hui, ils seront moins de 40% à maintenir cet avis en 2015. A l'inverse, un nombre croissant de DSI se verront positionnés au coeur de la stratégie de leur entreprise

De leader de l'innovation à partenaire privilégié des Direction Générales, le rôle des DSI est donc transformé en profondeur par le Cloud Computing. Quelles sont les conséquences sur les stratégies SI de demain ?

Une évolution standardisée

Le Cloud présente de nombreux avantages théoriques : contrôle des coûts, facilité de déploiement et surtout, facilité de maintenance et d'évolution. Mais en adoptant les solutions Cloud, les DSI font face à deux conséquences majeures pour leurs activités.

D'une part, la gestion des évolutions applicatives est désormais pilotée par l'éditeur. Si ce fonctionnement décharge la DSI des problématiques techniques, métiers et organisationnelles de maintenance, il se traduit également par une perte de visibilité sur l'évolution du SI.

D'autre part, les choix évolutifs pris par les éditeurs se font en fonction de l'ensemble de leurs clients. Ce choix n'est pas neutre. En standardisant les applications communes à un même secteur, ne risque t'on pas de standardiser les processus et savoir-faire ?

Un alignement stratégique renforcé

Un alignement stratégique renforcé

L'un des principaux enjeux d'un SI est de s'adapter à la stratégie de son entreprise. Par exemple, une entreprise en pleine croissance et effectuant des changements organisationnels fréquents aura besoin d'un SI évolutif et décentralisé. A l'inverse, une entreprise arrivée à maturité cherchera un SI centralisé et standardisé. Ces questions d'alignement entre la stratégie d'une entreprise et son système d'information devraient gagner en importance aux yeux des DSI, de part leur collaboration renforcée avec la Direction Générale. Peut-on craindre un durcissement des projets Top-Down au détriment des besoins opérationnels ?

PublicitéQuelle politique adopter ?

Devant ces évolutions, la façon qu'ont les organisations d'orienter leur stratégie SI doit s'adapter. La construction des schémas directeurs devrait donc connaitre 3 modifications.

Tout d'abord, les évolutions plus fréquentes et moins prévisibles des applications renforceront le rôle des éditeurs Cloud comme partenaires des DSI. Des relations entre éditeurs et clients dépendront les évolutions des applications. De plus, la tendance de rationalisation par le biais de centres de services qui se dégage actuellement, pourra permettre de focaliser la production sur le métier et de libérer les ressources pour les projets à forte valeur ajoutée.

Les schémas directeurs, alignés avec la stratégie d'entreprise seront à terme plus proches des objectifs des Directions Générales.

Enfin et surtout, devant les risques d'une trop grande standardisation des SI et d'une politique trop Top-Down, les schémas directeurs devront permettre l'agilité, notamment par la souplesse du portefeuille de projet et l'intégration des besoins opérationnels au sein du portefeuille.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Un contrôle du respect des SLA / des clauses contractuelles par les prestataires est-il systématiquement opéré ?