Tribunes

Le secteur public passe d'une culture de moyens à une culture d'objectifs et de résultats

Le secteur public passe d'une culture de moyens à une culture d'objectifs et de résultats

PublicitéCIO.Comment analysez vous le changement du secteur public ? Ghyslaine Ferré Morel. Il faut déjà bien comprendre la mutation que connaît ce secteur. Depuis le 1er janvier 2006, la LOLF est devenue une obligation : cette loi organique de financement induit un changement radical dans la manière dont sont gérées les organisations publiques. On assiste à un changement majeur des comportements, impliquant également l'adaptation des systèmes d'information. Le secteur public passe d'une culture de moyens à une culture d'objectifs et de résultats. Ceci génère des grands projets informatiques depuis 18 mois. Les projets deviennent davantage stratégiques et centralisés, ce qui était moins le cas auparavant. Les projets étaient plutôt tactiques et ainsi localisés. Maintenant, l'objectif premier est la rationalisation des coûts. Pour cela, on centralise les outils et les moyens. On fixe des objectifs homogènes pour tout le monde et met à disposition l'outil de manière locale. Le secteur public souhaite principalement des solutions full Web afin de centraliser les moyens tout en décentralisant l'utilisation. Aujourd'hui, les projets sont centralisés en terme de moyens mais décentralisés en terme d'utilisation. CIO.Y a t-il des différences lorsque l'on travaille pour le secteur public par rapport au secteur privé ? G.F.M. Ce secteur demande une grande rigueur et une bonne connaissance du code des marchés publics. Ce dernier évolue régulièrement. Il faut donc se tenir informer en permanence. Le cycle de ventes est particulièrement long dans le secteur public. Il s'étale entre 12 à 36 mois sur les grands comptes. Le premier semestre est essentiellement consacré à la prospection, aux démonstrations et aux démarches commerciales. C'est à cette période que les organisations publiques préparent leur budget. Au deuxième semestre, lors de l'ouverture des crédits, elles dépensent. Il faut donc s'armer de patience pour remporter un contrat sur le secteur public. CIO.Concrètement, comment remporter un projet dans le secteur public ? G.F.M. Il y a beaucoup de démarches en amont. Ensuite, nous rentrons dans une phase très formelle à partir de la publication. A ce moment-là, les échanges sont interdits avec le client. Ils s'effectuent uniquement par écrit. A titre d'exemple, si nous avons des questions lorsqu'ils nous envoient un cahier des charges, nous devons les formuler par écrit jusqu'à la remise de l'offre finale à une date précise. Les offres se composent de deux parties. La première concerne des éléments d'ordre administratifs, la seconde est plutôt technique et financière. Une fois que le dossier est envoyé, se déroule la phase de dépouillement, du côté de l'organisation publique. Ensuite, le dossier passe en commission avec décision collégiale. Avec la notification, c'est le début du marché où on va mettre en valeur les solutions proposées. En, général, cela démarre par une étude des spécifications fonctionnelles et techniques et la formation de l'équipe projet. Un prototype est paramétré, puis mis à disposition. Les utilisateurs sont alors formés et la solution déployée sur l'ensemble des sites. CIO.Quels sont vos principaux chantiers en cours chez Staff&Line dans le secteur public? G.F.M. Staff&Line propose des solutions intégrées de gestion des infrastructures informatiques, 100% ITIL et 100% Web : gestion des incidents, des problèmes, des changements, CMDB, gestion de parc, inventaire et télédistribution. Notre démarche au sein du secteur public est d'évangéliser sur les bonnes pratiques et notamment sur le référenciel ITIL et ses bénéfices pour la structure des processus de support. Nous devons accompagner les organisations publiques vers des démarches de normalisation et d'industrialisation de leur gestion des infrastructures. Nous positionnons EasyVista, la solution d'IT Management de Staff&Line, comme un outil intégré permettant de structurer l'organisation et par le même de réduire les coûts et d'augmenter la satisfaction des utilisateurs.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Avez-vous des solutions pour gérer vos données de référence (Master Data Management) ?