Business

Le décisionnel se veut plus proche des métiers

PublicitéL'intérêt du décisionnel n'est plus à prouver et va désormais au delà du reporting commercial. Le décisionnel doit pouvoir se décliner dans toutes les applications métiers ...Tel est le postulat évoqué lors des sixièmes rencontres CIO SAS, organisé le 23 novembre à Paris. A condition de pouvoir construire du très spécifique sur la base de plates-formes et de briques progicialisées et standardisées. Approche pas toujours évidente. « Tout dépend, en fait, du niveau de maturité et des besoins décisionnels de chaque entreprise » observe Marcel Lemahieu, expert décisionnel chez SAS. Parmi ceux dénombrés figurent : les besoins personnels, ceux d'une direction, les besoins fonctionnels et enfin opérationnels. A noter que certains secteurs sont plus mûrs que d'autres en matière de business intelligence. Tel est le cas de la banque. En effet, Bâle II a obligé les banques à mieux connaître leurs clients et à déterminer le risque qu'elles encouraient à octroyer des crédits. Si le développement de ces outils connait un tel succès, il ne sont pas moins complexes dans leurs utilisations : un véritable paradoxe pour des solutions dont l'objectif est de rationaliser la gestion de l'entreprise. Comment alors construire une solution décisionnelle métier ? Tout d'abord, il faut s'assurer qu'elle prenne en compte l'expertise métier de l'entreprise. De même, elle doit s'intégrer dans le SI existant et s'adapter rapidement aux changements. En terme de technologies, elle doit interopérable. On parlera alors de solutions orientées services pour avoir des données décisionnelles appliquées à toutes les applications opérationnelles. C'est déjà le cas pour certains secteurs. Par exemple, l'énergie, lorsque un fournisseur est capable de proposer à un client un forfait adapté en fonction, de ses consommations, cela ne relève pas du miracle ni du hasard, mais du décisionnel que l'on nomme opérationnel. Contrairement au décisionnel classique qui analyse une tendance sur plusieurs mois afin d'élaborer une stratégie, le décisionnel opérationnel n'est pas un outil de réflexion à long terme. Toutefois, l'un comme l'autre s'appuie sur la même infrastructure technique : bases de données de production, moteur d'extraction de données, ETL, entrepôt de données et outils de restitution. En revanche, pour exploiter les données dans les meilleurs délais, le décisionnel opérationnel exige de pouvoir accéder de façon dynamique à des données issues de sources hétérogènes. Ainsi, les informations cherchées peuvent également être prélevées directement dans les bases de production. De petites requêtes aident alors à prendre rapidement des décisions et permettent d'alimenter des rapports diffusés en masse. Car s'adresser aux opérationnels signifie de pouvoir répondre rapidement à des besoins précis, parfois même en quasi temps réel.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Avez-vous déjà profité d’une montée de version d’une solution métier pour revenir à des processus plus standards ?