Technologies

Le cloud, premier fournisseur de cybermenaces

Le cloud, premier fournisseur de cybermenaces
Le cloud est aujourd’hui une source majeure de danger.

Selon une étude réalisée par Netskope, près des deux-tiers des logiciels malveillants sont désormais distribués via le cloud.

PublicitéLes usages du cloud se multiplient pour tous. Et les cybercriminels ne sont pas en reste. Selon une étude réalisée par l'éditeur de solutions de sécurité Netskope, 53 % du trafic web des entreprises est aujourd'hui en lien avec une application basée dans le cloud. En moyenne, 664 applications cloud distinctes sont utilisées chaque mois, ce qui représente une croissance annuelle de 20 %. Netskope attribue un indice de confiance aux services cloud, lié essentiellement à leur niveau de sécurité, baptisé Cloud Confidence Index (CCI). L'éditeur y donne une mauvaise appréciation à la moitié des applications cloud utilisées dans les entreprises. Et, pour achever ce tableau, 61 % des logiciels malveillants sont désormais distribués via le cloud (+48 % sur un an).

Les applications cloud sont désormais aussi un objet de phishing : 36 % des campagnes d'hameçonnage les concernent. Le volume de documents Microsoft Office infectés avec des malwares (rançongiciels et backdoors notamment) s'est également accru de 58 % sur un an et représentent désormais 27 % de tous les téléchargements de logiciels malveillants détectés et bloqués par le Netskope Security Cloud. Enfin, le shadow IT, source de risques de fuites de données, poursuit son développement : 83 % des utilisateurs accédent à des applications personnelles depuis leurs terminaux professionnels et l'utilisateur moyen dans une entreprise télécharge 20 fichiers par mois sur des applications personnelles à partir de ses équipements professionnels.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Utilisez-vous des outils low code /no code pour bâtir et adapter certains outils métiers ?