Business

L'open-source perçu comme vecteur d'innovation dans le secteur public

L'open-source perçu comme vecteur d'innovation dans le secteur public

Selon la dernière étude du cabinet Markess International sur le sujet, seules 6% des administrations ne trouvent pas d'innovations en lien avec l'usage de l'open-source.

PublicitéLe cabinet Markess International vient de publier sa sixième étude sur l'open-source et le secteur public, cette fois intitulée « L'Open Source dans le Secteur Public - Facteur d'Innovation et Nouvelles Approches avec le Cloud Computing ». « En 2010, plus neuf responsables des administrations françaises interrogées (ministères, organismes sous tutelle, collectivités territoriales) sur dix considèrent l'open source comme facteur d'innovation » indique le cabinet.

Il ne s'agit pas d'innovations en termes de technologies mais d'abord en termes d'organisation (67% des répondants) puis d'usages (52%) et de méthodes de conduites de projet (43%). Seuls 6% des répondants ne voient pas dans l'open-source un vecteur d'innovation.

L'open-source permet, pas sa culture propre, de faciliter le travail collaboratif et l'organisation horizontale (par opposition à une vision hiérarchique du travail). La grande flexibilité qu'elle offre amène également à tester de nouveaux usages sans investir lourdement dans des outils propriétaires aux coûts initiaux importants (notamment via des licences onéreuses). Ainsi, la culture propre de l'open-source est un facilitateur de la méthode itérative de création d'un outil informatique. Markess International juge ainsi : « nombreux sont les responsables d'administrations ayant tirés partie de l'open source pour stimuler le lancement de projets qui ne l'auraient peut-être pas été sans ce recours. » Et le cabinet cite les exemples des applications métiers dans les collectivités territoriales et des ENT (environnements numériques de travail).

Le recours au cloud encore marginal

L'autre grande innovation de ces dernières années, l'informatique en nuages, semble destinée à se combiner avec l'open-source. Si seulement 6% des répondants déclarent déjà héberger des applications open-source dans le cloud (avec une avance des collectivités locales sur les administrations centrales), c'est une possibilité qui éveille de l'intérêt chez la plupart des responsables interrogés par Markess International. Ils privilégient d'abord le SaaS open-source et seulement en second lieu l'IaaS.

L'open-source continue sa croissance dans les budgets informatiques du secteur public avec une valeur de 16% du budget global (soit environ un milliard d'euros) et il devrait croître de 15% par an dans les prochaines années.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    La perte d’exploitation (business) en cas de panne IT est-elle couverte par une assurance ?