Business

Etude Markess : conjuguer collaboration, dématérialisation et mobilité, le nouveau défi des PGI

Etude Markess : conjuguer collaboration, dématérialisation et mobilité, le nouveau défi des PGI

Dans son étude sur les attentes autour des ERP, Markess International montre que les progiciels de gestion intégrés sont rattrapés par les usages qui se développent autour d'eux : échanges électroniques, collaboration ou mobilité.

PublicitéLa dématérialisation des documents, notamment, est présente dans tous les processus d'entreprise, souligne Hélène Mouiche, analyste senior chez Markess International, qui vient de réaliser une étude sur les attentes autour des ERP face aux nouveaux enjeux. La moitié des décideurs interrogés (125) utilisant une solution de gestion intégrée(*), ou comptant le faire, pensent que la dématérialisation et les exigences de traçabilité ont un impact sur l'ERP. Plus d'un tiers estiment que l'essor des échanges électroniques pèse aussi sur ces outils, de même que les besoins accrus en « business analytics ». Enfin, un décideur sur quatre cite parmi les autres facteurs d'impact l'évolution des modes collaboratifs internes, l'augmentation des interactions via le web, le recours à des terminaux mobiles, ainsi que le souhait d'optimiser les processus. A côté de l'ERP qui gère des données structurées, les besoins de prendre en compte les données non structurées (documents, échanges sur le web...) ont considérablement augmenté.

Sur la dématérialisation, 84% des décideurs utilisateurs d'ERP expriment des besoins forts. Ceux-ci peuvent porter sur la numérisation des documents entrants (LAD/RAD), tels que les factures, ou sur les documents sortants, comme les bulletins de paie ou les déclarations auprès des organismes sociaux nécessitant de passer par une plateforme spécialisée. Ils peuvent concerner la signature électronique, l'horodatage, l'EDI, la traçabilité ou encore, l'archivage électronique à valeur probante notamment. Autant de fonctions qui peuvent être apportées par des plateformes ou des outils extérieurs à l'ERP auxquels ce dernier va devoir s'interconnecter.

Disposer de solutions de mobilité autour de l'ERP

Concernant la montée en puissance des modes collaboratifs, 34% des décideurs interrogés considèrent que leur solution de gestion est concernée que ce soit en interne, au sein d'écosystèmes externes ou en lien avec des réseaux sociaux comme LinkedIn. Par ailleurs, 26% d'entre eux aimeraient disposer de solutions de mobilité autour de l'ERP. « Ils expriment le besoin de pouvoir saisir des données en situation de mobilité », pointe Hélène Mouiche. Le nombre d'utilisateurs accédant à distance au progiciel de gestion continue à progresser, selon 66% des sondés. 

Interrogés sur leur recours aux applications en mode SaaS (software as a service), les entreprises interrogées plébiscitent encore largement le mode licence sur site (« on premise »). C'est le cas pour 81% des décideurs disposant déjà d'un ERP et envisagé par 57% des personnes ayant un projet d'ici 2013. En 2010, le mode SaaS a été choisi par seulement par 10% des décideurs de l'échantillon. « Il reste plutôt réservé à certains domaines fonctionnels comme le CRM ou les RH », rappelle Hélène Mouiche en constatant que « la notion de SaaS reste encore à expliciter ». Il devrait néanmoins progresser : 24% l'envisagent d'ici 2013.

PublicitéDes budgets consacrés à l'évolution des ERP

Une large majorité des décideurs interrogés par Markess International, environ 87%, ont conscience que leur solution intégrée va devoir évoluer. Sur la période 2011-2013, il confirme l'existence d'un budget spécifique consacré à ces évolutions. Pour 41% d'entre eux, ce budget est en hausse.

Enfin, un décideur sur deux envisage de se tourner vers d'autres solutions que l'ERP pour répondre à ses besoins du moment. Que ce soit pour les expertises métiers, comme la gestion des talents dans la RH, pour la dématérialisation, pour les aspects éditiques, le collaboratif, la gestion des contenus de l'entreprise (ECM), le business analytics, les fonctions de géolocalisation (nécessaires, par exemple, dans la gestion des points de vente) ou la mobilité.

« Pour un euro dépensé pour l'ERP, il y a 0,7 euro déboursé autour des ERP », note Hélène Mouiche. En 2011, Markess évalue à 1,9 milliard d'euros le marché des logiciels et services liés aux ERP et à 1,5 milliard d'euros le marché des logiciels et services associés aux nouveaux besoins qui se sont créés autour des ERP.

(*) Entre juillet et août 2011, Markess International a mené 160 interviews de décideurs dans des entreprises ou des organisations publiques.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    UTILISATION DES COOKIES

    En poursuivant votre navigation sur ce site,
    vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

    Pour en savoir plus, consultez notre politique relative à la vie privée.

    La question du moment
    La DSI s’est-elle dotée d’un spécialiste de l’analyse financière des opérations IT (FinOps) ?