Projets

Adapter la philatélie au XXIème siècle

Adapter la philatélie au XXIème siècle
La disparition du courrier papier provoquait jusqu’à présent celle des timbres, au grand désespoir des philatélistes.

Face au désarroi des collectionneurs de timbres, La Poste a voulu réagir et lance le timbre pour e-mails. Le gouvernement envisage sa généralisation.

PublicitéSi les services postaux réguliers datent de plusieurs siècles, Louis XI ayant créé des relais de poste en 1477 et un service autorisé à transporter le courrier des particuliers ayant été ouvert en 1576, le timbre poste lui-même est beaucoup plus récent. On doit son invention à la poste britannique, en 1840, avec un timbre à l'effigie de la Reine Victoria : ainsi l'expéditeur payait l'acheminement du courrier et non plus son destinataire (qui pouvait refuser). La richesse graphique des timbres du monde entier a abouti au développement de la philatélie. Mais les collectionneurs de timbres subissent, tout comme La Poste, l'inexorable décrue du trafic postal. La Cour des Comptes notait en effet en 2020 : « Au cours des dernières années, le recul du courrier s'est encore amplifié : le volume de lettres à distribuer est passé de 18 milliards en 2008 à un peu plus de 9 milliards en 2018 et pourrait baisser, si la tendance se poursuit, à 5 milliards en 2025. »

« Les philatélistes étant un coeur historique de notre clientèle, coeur aussi au sens affectif, nous devions réagir » relève Marianne Rouge, directrice des timbres spéciaux à La Poste. Le service public va donc lancer rapidement le timbre électronique pour e-mail. Il s'agira d'un code HTML à insérer dans le corps de l'e-mail qui permettra d'afficher une image de timbre. Les philatélistes pourront se créer un compte sur le nouveau coffre-fort électronique proposé par la filiale de La Poste Docapost à leur attention. Puis, grâce à un plug-in disponible pour les principaux clients de mails et navigateurs, les collectionneurs seront en mesure, d'un simple clic droit sur le timbre électronique, de stocker le timbre reçu avant, éventuellement, de l'échanger avec d'autres collectionneurs. Marianne Rouge précise : « nous sommes en train de signer des partenariats avec différentes solutions de paiement pour permettre aux philatélistes de vendre et d'acheter aisément leurs timbres électroniques directement sur notre plate-forme. Nous parlons bien de timbres effectivement utilisés dans des e-mails et oblitérés avec cachet-date ajouté sur l'image du timbre valant horodatage électronique à valeur légale. »

Le Ministère du Budget aurait lancé un audit sur le dispositif. Vu le nombre grandissant d'e-mails envoyés, rendre le dispositif obligatoire permettrait de générer des revenus conséquents pour le Trésor Public. « En filtrant obligatoirement, au niveau du FAI, les mails sans timbre, nous pourrions résoudre aussi une large part du problème du spam » observe Marianne Rouge. Ce service est présenté ici.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Avez-vous déjà testé la blockchain dans un usage professionnel (gestion des contrats, traçabilité, certifications…) ?