Stratégie

Les coûteux errements de la révolution numérique

Les coûteux errements de la révolution numérique
La révolution numérique est séduisante mais peut aboutir à de coûteux errements.

D'après une étude Vanson Bourne / Couchbase, la précipitation dans les investissements pourrait coûter cher aux entreprises en projets inutiles.

Publicité52 % des décideurs numériques (DSI, CDO, directeurs techniques...) estiment que la focalisation sur la « transformation numérique » accroît le risque d'effectuer par précipitation de mauvais choix d'investissements en IT et, ainsi, de dépenser de l'argent inutilement. L'étude menée par Vanson Bourne pour Couchbase qui met en avant ce risque indique qu'une moyenne de 28 millions de dollars de gaspillage potentiel par entreprise est estimé par les décideurs informatiques. Au cours des douze derniers mois, la dépense moyenne pour des projets numériques a été de 24 millions de dollars par entreprise. 83 % des répondants déclarent risquer un licenciement si un projet numérique échoue. 88 % des entreprises auraient vécu au moins un échec.

Le risque s'élève avec la pression portée pour accélérer la transformation numérique. Or 85 % des répondants à l'enquête déclarent que les perturbations du marché du fait de la transformation numérique se sont accrues au cours des douze derniers mois. 86 % jugent donc que leur entreprise devra mieux s'adapter à la prestation de services numériques dans les douze prochains mois au risque, sinon, d'être déclassée par rapport à la concurrence. 35 % estiment même que la pression des innovations par la concurrence est le principal moteur des projets de transformation, 23 % mettant en avant les évolutions réglementaires et 19 % la pression par les clients. 64 % anticipent la disparition des entreprises incapables de suivre le rythme des innovations sous quatre ans.

La technologie reste un facteur limitant, notamment dans le traitement des données. Seulement 29 % des organisations seraient capables d'exploiter les données en temps réel. Et 74 % ne peuvent pas mettre en place rapidement de nouvelles technologies de traitement de la data à cause d'une adhérence technologique de leur SI à d'anciennes technologies.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Vos collaborateurs disposent-ils de communications unifiées vocales/messagerie instantanée/vidéo-conférence ?