Technologies

Le mot de passe, ce mal-aimé de la cybersécurité

Le mot de passe, ce mal-aimé de la cybersécurité
Le couple identifiant / mot de passe reste une méthode des plus fréquentes pour s’identifier.

Une étude menée par Cisco montre que le mot de passe exaspère mais qu'il reste de la méfiance vis-à-vis d'autres méthodes d'identification.

PublicitéTaper un identifiant et un mot de passe pour accéder à un ordinateur, une application... quoi de plus normal, de plus courant ? Mais il s'agit là d'un mode d'identification qui exaspère, qui en devient un irritant si l'on en croit une étude menée par Cisco. Ce fournisseur propose notamment une offre d'identification baptisée Duo et revendique pour celle-ci une croissance forte entre 2020 et 2021 : +39 % sur l'authentification multifactorielle et +48 % sur les authentifications biométriques. 32 % des Français possèdent au moins un appareil doté de la biométrie et 18 % en possèdent deux.

Selon l'étude menée par Cisco, 58 % des Français considèrent que l'authentification par mot de passe est « agaçante ». 49 % déclarent peiner à trouver des mots de passe variés et 50 % n'hésitent pas à utiliser le même mot de passe sur plusieurs services. 34 %, il est vrai, déclarent réinitialiser un mot de passe une ou deux fois par semaine. 52 % sont agacés face à une erreur de saisie les bloquant. En symétrie, 26 % des responsables informatiques consacrent une à deux heures par semaine à traiter des problèmes de réinitialisation de mots de passe.

De ce fait, 21 % des Français aimeraient une autre solution que le mot de passe, 36 % étant intéressés par d'autres méthodes. 63 % ne voient pas d'obstacle à la reconnaissance d'une empreinte digitale et 44 % de leur visage. Mais le remplacement du mot de passe par un facteur biométrique inquiète 81 % des Français. 45 % manquent de confiance dans les entreprises traitant les données biométriques. Symétriquement, 56 % des responsables informatiques redoutent les risques de compromissions des informations d'identification et 31 % veulent d'abord s'assurer de la sécurité d'une méthode nouvelle avant de l'implémenter. Cependant, 39 % des responsables informatiques voient en ces méthodes une potentielle amélioration de la sécurité de leur entreprise, 34 % pensent qu'elles rendront l'expérience des utilisateurs plus agréables et 35 % veulent tout simplement rester à la pointe de la technologie.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Disposez-vous d’un SOC (Security Operations Center) interne ou externe ?