Projets

La R&D des véhicules connectés de Renault gère globalement l'ensemble de ses moyens informatiques

La R&D des véhicules connectés de Renault gère globalement l'ensemble de ses moyens informatiques
Laurent Thiry, responsable informatique du site Sophia-Antipolis de Renault Software Labs, a placé le caractère open-source parmi les pré-requis.

Renault Software Labs Sophia-Antipolis, dédié aux véhicules connectés, a eu recours à iTop de Combodo, un outil d'ITSM open-source.

PublicitéLe groupe automobile Renault possède bien sûr une unité de recherche consacrée aux véhicules connectées ou autonomes. En l'occurrence, Renault Software Labs (RSL) a été construit autour du rachat d'activités de recherche d'Intel en France, avec deux sites, l'un à Sophia Antipolis et l'autre à Toulouse. RSL compte ainsi plus de 800 collaborateurs. Par son activité à forte composante informatique, cette unité devait disposer d'un outil moderne, performant et adaptable aux évolutions des besoins pour gérer les tickets d'intervention sur ses équipements. Le choix d'une solution open-source s'est imposé comme un pré-requis afin, d'une part, de correspondre à la culture de l'entreprise et, d'autre part, de pouvoir se reposer sur une communauté et non un éditeur unique.

C'est l'outil iTop de Combodo qui a été rapidement choisi par les équipes de RSL après une recherche des produits disponibles et une sélection selon les critères d'évaluation mentionnés. Parmi ses avantages propres, iTop bénéficie d'une communauté active et réactive en plus d'être d'un usage avec une courbe d'apprentissage réduite. Ce dernier point a notamment permis un déploiement rapide. L'équipe de Renault Software Labs a commencé par saisir la description des équipements disponibles dans la base de données intégrée (CMDB). Puis les changements de ce parc installé comme tous les tickets de demandes ont pu y être gérés.

Comme beaucoup de solutions d'ITSM actuelles, l'usage d'iTop s'est ensuite étendu dans une logique ESM (enterprise service management) aux services généraux ainsi qu'aux achats (pour les demandes d'achats). Si, lorsque seule l'informatique était impliquée, la version communautaire donnait entière satisfaction, RSL a préféré souscrire un contrat de maintenance auprès de l'éditeur lorsque iTop a été étendu. Durant la crise sanitaire, l'outil a notamment permis de tracer aisément les matériels transférés aux domiciles des collaborateurs.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Pour vos logiciels d’entreprise, avez-vous déjà souscris des services de support auprès de tiers plutôt qu’auprès des éditeurs ?